AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

DATE D'ARRIVEE : 03/12/2018
MESSAGES : 5
PSEUDO : .crumble
AVATAR & CREDITS : felicity jones (bigbadwolf)

ÂGE : trente-quatre ans
ASCENDANCE : non-magique, sang noble
RÉPERTOIRE RP : description, description, description, description.

repello wizard

MessageSujet: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 1:02

leonor chetwynd
“ But who can remember pain, once it’s over? All that remains of it is a shadow, not in the mind even, in the flesh. Pain marks you, but too deep to see. Out of sight, out of mind. ”

> nom : Chetwynd, famille de sang noble qui a su tirer son épingle du jeu au fil des siècles et ainsi bénéficier d'une belle petite vie confortable ; pas assez haut-placés pour obtenir de grandes responsabilités, ce qui convient parfaitement à ceux qui possèdent le titre de vicomtes. > prénom : une véritable lady, Leonor, en hommage à un aïeul lointain et Margaret, tout aussi original et pompeux, digne de l'aristocratie anglaise. > naissance, nationalité & âge : elle est née un quinze avril mille-neuf-cent quatre-vingt-treize dans la demeure du Staffordshire et est ainsi britannique ; trente-trois ans et la sensation d'avoir eu une jeunesse volée, brisée, mais ne saurait dire qui en est véritablement responsable, son père ou Vasyl . > ascendance : non-magique, les Chetwynd considèrent la sorcellerie comme contre-nature et estiment que leur sang bleu les préserve d'une telle horreur ; c'est sans compter sur la petite dernière de la famille, Sybil, qui malgré tous les efforts de sa mère pour le dissimuler, finira bien par manifester ses pouvoirs aux yeux de tous. > scolarité : elle étudie exclusivement dans des structures privées et prestigieuses et intègre à ses seize ans la Westminster School en plein coeur de Londres ; après l'obtention de ses A-Levels, elle entame des études de biologie médicale à l'Imperial College London, l'une des meilleures universités du pays et achève son cursus avec un doctorat en biologie cellulaire et moléculaire.  > occupation actuelle : enseignant-chercheur à la tête d'une équipe axée sur la biomagie, entre l'Imperial College London et l'Hôpital Sainte-Mangouste du Nouveau-Londres. > statut matrimonial : de longues années en couple, elle était persuadée de vivre un bon bout de chemin avec Vasyl ; le destin en a voulu autrement et là voilà célibataire depuis assez longtemps. son père souhaiterait qu'elle se marie, mais Leonor résiste, parce qu'elle n'en a pas envie et peut-être parce qu'une petite part d'elle-même n'arrive pas à tourner définitivement la page. mère d'une petite fille de cinq ans, Sybil, vestige d'un passé à l'apparence heureuse. > inventaire : elle ne sort jamais sans des cendres de phénix, de peur de se retrouver au coeur d'une attaque à tout moment. elle ne quitte plus son téléphone portable, ni ses différents badges lui donnant accès à l'hôpital ou à l'université.   > allégeance : puristes moldus depuis leurs débuts, elle n'a jamais été une fervente admiratrice de cette cause mais a fini par ouvrir les yeux, ou du moins se forcer à y voir plus clair. elle reprend aujourd'hui les travaux de Melody Fraser dans le plus grand secret, beaucoup trop effrayée par l'idée de s'opposer à sa famille. collègue dépouillée par les Anderson, et pourtant bien appréciée, Leonor choisit sa fille à celle qui aurait pu être une amie. elle travaille au laboratoire A, locaux top-secrets des Anderson qu'elle a intégré il y a peu de temps. > particularités : elle n'en possède aucune. > avatar : Felicity Jones (faust).

> choses à savoir : (01.) La famille Chetwynd a toujours su tirer son épingle du jeu, en profitant et abusant de leur titre de noblesse. Ils ne sont certes pas au plus haut de l'aristocratie britannique, mais cette position leur suffit amplement : ils peuvent faire ce qu'ils souhaitent sans être freinés par les obligations royales. (02.) Leonor a grandi dans une vaste demeure située dans le Staffordshire, entourée de ses oncles et cousins. Heureusement pour eux, les lieux étaient assez vastes pour éviter de se croiser chaque jour. Education stricte, elle a dû se plier très jeune aux exigences de son rang et ainsi apprendre les codes pour se comporter comme une véritable lady. (03.) Le départ pour l'université a été l'occasion pour elle de s'émanciper enfin. Elle pouvait vivre librement dès l'instant où elle figurait parmi les meilleurs élèves de sa promotion. Un parcours scolaire exemplaire, qui lui permet ensuite de poursuivre en thèse. Elle passe beaucoup trop de temps à la bibliothèque universitaire et croise le chemin de Vasyl Avramenko, archiviste débarquant tout juste. (04.) Leonor se retrouve malgré elle embarquée dans la folie puriste. A l'annonce de la Réunification, la jeune femme n'avait pas tellement d'avis sur la situation. Elle trouvait même l'idée plutôt bonne. Pensées rapidement chassées par ses parents, voulant faire d'elle une membre dévouée à la cause. Fidèle à elle-même, mais beaucoup trop effrayée par l'idée de quitter son confort et se retrouver définitivement seule, Leonor accepte de les joindre sans vraiment y mettre du sien. Son histoire avec Vasyl, sorcier d'origine, n'arrangeait en rien la situation, alors qu'elle s'éloignait un peu plus de l'idéologie des Chetwynd. (05.) C'est suite à sa rupture - forcée - qu'elle retrouve progressivement le droit chemin, se sentant trahie, lâchement utilisée par cet homme qu'elle pensait pourtant sincère. Son implication au sein de l'organisation se fait bien plus importante et Leonor débute une remise à niveau pour intégrer la section offensive. Elle intègre temporairement la deuxième division en tant que chasseuse, avant de devoir interrompre ses activités pour cause de grossesse inattendue. Elle continue d'oeuvrer pour la cause en travaillant sur la génétique magique dans un laboratoire privé. (06.) Malgré la rancoeur, Leonor a cherché pendant plusieurs à retrouver la trace de Vasyl, pour lui annoncer sa paternité, mais a dû abandonner alors que les recherches ne s'avéraient pas concluantes. Elle a gardé l'habitude de se balader avec des photos de Sybil, glissées dans son porte-feuille, au cas où leurs chemins se croiseraient à nouveau. Ça lui déchire le coeur parfois, et la fait sourire souvent, cette ressemblance frappante avec son père. Elle a hérité des cheveux blonds et du regard azur de Vasyl, mais ce sourire, c'est bien celui de Leonor.
pseudo : .crumble/Sevde. âge : vingt-quatre ans pour plus très longtemps  pays : France. présence : tous les jours   que penses-tu du forum ? il pue et il est beaucoup trop moche   bizutage accepté ? J'VOUS ATTENDS MÊME PAS PEUR crédits : BALACLAVA quelque chose à ajouter ? ceci est un personnage éphémère, me shamez pas please   (et il est tard, me suis pas relue)code à remplir :
Code:
<bop>felicity jones</bop> - @"leonor chetwynd"
repello wizard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

DATE D'ARRIVEE : 03/12/2018
MESSAGES : 5
PSEUDO : .crumble
AVATAR & CREDITS : felicity jones (bigbadwolf)

ÂGE : trente-quatre ans
ASCENDANCE : non-magique, sang noble
RÉPERTOIRE RP : description, description, description, description.

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 1:02

I feel like the word shatter“ The moment of betrayal is the worst, the moment when you know beyond any doubt that you've been betrayed: that some other human being has wished you that much evil ”
La tradition familiale voulait que chaque semaine, au moins représentant des Chetwynd soit présent au cricket club le samedi soir. Si la plupart du temps, beaucoup d’entre eux se joignaient aux festivités, Augustus avait insisté pour que Leonor prenne également part des festivités. La jeune femme savait parfaitement ce qu’il s’y déroulait et c’était bien pour cette raison qu’elle avait choisi de s’en tenir éloignée. A entendre les conversations de couloirs et l sourire en coin de son père, la prise de ce soir était très bonne. Vêtue d’une de ses plus belles robes, Leonor s’avançait au bras de son père, qui se frayait un chemin vers le centre de l’immense pièce où se trouvait une sorte d’arène. Les meilleures places réservées, les Chetwynd avaient le privilège de se trouver aux premières loges, et ce, à chaque événement. Position dont elle se serait bien passée, n’appréciant que trop peu les actes de violence comme ceux-ci. Parce que c’était ce qui allait se dérouler, ce que la foule attendait. Une liste circulait, décrivant brièvement les candidats, pauvres malheureux forcés à se battre. Et ici, gagner ne faisait qu’attirer un peu plus les parieurs. Crois-tu vraiment que toute cette violence est nécessaire ? qu’elle avait glissé discrètement, mais visiblement pas assez selon son père. Fais attention à ce que tu dis, Leonor, n’oublie pas que tu es une Chetwynd. Merci de me le rappeler. Et je sais parfaitement ce que ça implique. Seulement, je ne vois pas l’utilité de… tout ça. Elle avait tenté de se lever, immédiatement arrêtée dans son élan par la main d’Augustus autour de son poignet. Traiter de simples êtres humains comme du bétail, pire même, lui filait la nausée et malgré tous ses efforts, Leonor se savait coincée jusqu’au bout. Crois-moi, tu préférerais de loin de trouver de ce côté de la barrière plutôt que de l’autre. Prédateurs ou proies, le choix est vite fait. La Chetwynd connaissait bien l’aversion de son père envers la sorcellerie, mais pas de là à en faire une purge personnelle. Les Stoughton seraient fiers de toi, papa. Sous les applaudissements, une femme à peine plus âgée qu’elle et un jeune homme de la même tranche d’âge avaient été balancés au centre de l’arène. Collier électronique autour du cou et mains liées, un sac en tissu sur la tête les empêchait de constater l’ampleur des dégâts. Un des tortionnaires de la soirée s’aventura parmi eux pour leur révéler là où ils se trouvaient, avant de se remettre rapidement en sécurité. Les cris s’élevaient dans les airs alors que le sang coulait, toujours plus. Tout n’est pas blanc ou tout noir. La vie ne se résume pas une simple vision binaire. Elle prit une profonde inspiration, alors que les corps inconscients étaient retirés pour être rapidement remplacés par le prochain candidat. Leonor, fais attention à ce que tu dis, et surtout ce que tu fais Le paternel avait haussé le ton et le fixait d’un regard dur, lui donnant des frissons. Tu crois sérieusement que je ne suis pas au courant de ta petite aventure ? Les tremblements de sa main devinrent plus intenses et la panique l’avait laissée muette pendant de longues secondes. Je ne vois pas de quoi tu parles. finit-elle par formuler, difficilement. Augustus Chetwynd lâcha un rire nerveux. Tu n’as quand même pas cru que cette vermine t’aimait réellement ? Il rit un peu plus fort. Décevant. Tellement décevant. Il fit un mouvement de tête à l’arbitre se trouvant à quelques mètres de lui. Sais-tu seulement qui est le véritable Vasyl Avramenko ? Elle tenta de se lever, de fuir, courir le plus loin possible. Et il l’en avait empêché, une fois de plus. Ce dernier s’était levé et frappa dans ses mains pour attirer l’attention avant d’énoncer à voix haute la prochaine victime. Homme de la vingtaine, sorcier des bas-fonds de Londres, bonne condition physique. Qui veut se mesurer à lui ? Rapidement, des bras se levèrent et les négociations commencèrent. Mais Augustus Chetwynd avait prévu tout autre chose pour cet individu spécial. Hm, personne ? Et tout aussi vite, les bras se baissèrent et le silence prit possession des lieux. Très bien. Leonor, il est grand temps que tu découvres les joies de ce sport ! Le cœur de Leonor se serrait un peu plus à chaque seconde. Elle savait très bien qui se cachait derrière ce visage masqué, tout comme lui savait qui allait lui faire face. Vasyl. Il avait essayé de se débattre, mais un coup violent dans les jambes avait suffi à le mettre au sol. Et maintenant, tire. Il lui tendit une arme, résultat des dernières études menées par les puristes moldus, destiné à être testé à outrance cette soirée-là. Non. lâcha-t-elle dans un murmure, faiblarde. Fais-le, si tu tiens à ne pas récupérer un corps sans vie à la fin. Ou je m’en chargerais à ta place. Elle prit l’arme, étonnamment légère, et songea un instant à la pointer sur son père, ou même elle. Quelques petites secondes d’hésitation qui auraient pu changer le cours de son histoire. Mais elle avait été bien trop lâche pour s’opposer à l’autorité parentale et risquer de tout perdre. Alors elle finit par viser, et tirer à côté, volontairement. Parce qu’Augustus ne lâcherait pas l’affaire. Les rires s’élevèrent dans les airs, alors qu’on moquait les capacités inexistantes de la fille Chetwynd. Réessaye. Nouvelle chance de changer les choses. Nouvelle chance gâchée. Elle prit plus de temps, se concentra pour, une fois de plus, manquer sa cible. Et de regard que Vasyl lui lançait lui avait littéralement brisé le cœur. Les larmes manquèrent de couler, jusqu’à ce que retentisse le bruit sourd d’une nouvelle arme à feu. Et son corps tout entier se figea. Son père avait tiré. Il avait tiré, et Vasyl restait debout, tant bien que mal, une main plaquée sur son épaule ensanglantée. Fais tes preuves, ou la prochaine fois, ça ne sera pas l’épaule.

Assise sur ce canapé en salle de repos, Leonor était loin, bien loin de l’unversité, perdue dans ses pensées. Elle repensait à ces derniers mois, la fameuse soirée au cricket club, son père la poussant à faire ce qu’elle avait toujours refusé et la détresse de Vasyl. Ce regard rempli d’incompréhension et de haine, alors que quelques jours encore avant, elle pouvait y lire toute l’affection qu’il lui portait. Plus d’une fois, elle s’était frayée un chemin dans les cachots pour essayer de s’expliquer, s’excuser, faire quelque chose. Mais les mots de sortaient pas et elle était bien trop fière pour laisser les larmes couler. A chaque nouvelle rencontre, elle lui promettait que sa captivité prendrait bientôt fin. Et elle le retrouvait dans un état encore plus déplorable. Et puis elle avait fini par le libérer, après plus de deux semaines. Deux semaines que ses moindres mouvements étaient épiés, et autant de temps durant lequel son père voyait leur relation se briser. Le garder plus longtemps ne l’intéressait guère. Il était parvenu à semer le doute dans l’esprit de son aînée, cette petite graine, qui à terme, allait envahir chaque parcelle de son cœur, et de son esprit, et de son âme. Tout va bien ? Face à elle, cette collègue, Maura, prenait une fois de plus de ses nouvelles. Elle fit un léger signe de tête, et sourit. Une main posée sur son ventre arrondi, Leonor était rongée par la peur. Malgré tous ses efforts, elle savait que cet enfant ne serait jamais en sécurité. Elle l’avait condamnée avant même son premier souffle, alors elle profitait de ce semblait de sécurité tant qu’il était encore tempsToujours pas de nouvelles ? Elle essayait de rester forte, vraiment. Mais les hormones ne l’aidaient pas et Leonor était seule, terriblement seule. Rien du tout. Elle n’avait que brièvement exposé son cas, mais son amie avait vu Vasyl et Leonor se fréquenter plus d’une fois. Ce n’était pas un secret pour le reste du monde, ça ne l’avait jamais été au final. J’ai tout essayé. Quelque chose en elle la poussait à croire que Vasyl serait revenu, s’il savait qu’elle portait son enfant. Que malgré la rancœur, il l’aurait soutenu. Parce qu’il ne s’agirait plus d’eux, mais d’une petite âme innocente, qui n’avait en rien demandé à naître dans un tel environnement. Je… j’ai fait tout ce que j’ai pu. Tous mes contacts, absolument. Aucune trace. Il avait disparu, et parfois, souvent, elle s’imaginait le pire. Elle pensait que son père avait fini par le retrouver et commettre l’irréparable. Elle en aurait très certainement entendu parler la première, s’il lui avait ôté la vie. Parce que c’est ce qu’il aimait faire, se vanter de ses exploits. Maura fit une petite moue, elle ne l’avait plus jamais vu de la même manière depuis qu’ils s’étaient séparés. Et si je te disais que dans l’histoire, ce n’était pas lui le fautif, mais moi ? Est-ce que tu me croirais ? Elle haussa les épaules. Ce n’est pas une raison de fuir du jour au lendemain. Leonor lâcha un soupir, plaça une seconde main sur son ventre. Je t’assure que si. Ne le juge pas trop vite, s’il-te-plaît. Pendant des mois, Leonor n’avait pas parlé de lui. Elle s’était contentée d’ignorer les questions, beaucoup trop distraite par cette haine qui la rongeait. Haine doublée de déception. Elle se sentait perdue, tout ce qu’elle pensait avoir construit sur des bases solides ne l’était en fait pas du tout. Vasyl, c’était sa seule constante dans cette vie bancale, celui qui lui avait montré qu’elle n’avait pas besoin de se plier aux obligations familiales alors que dans l’ombre, il servait leur cause bien plus qu’elle ne l’avait jamais. Tout n’était que mensonge, et Leonor ne savait plus à qui se fier. A part elle-même, et ce petit être qui grandissait en elle.

Sybil, dépêche-toi, on va être en retard ! Les talons de Leonor raisonnaient dans leur maison londonienne, alors qu’elle montait et descendait les escaliers à une vitesse folle. La petite fille passait de plus en plus de temps dans sa chambre, au plus grand malheur de sa mère, qui la voulait à ses côtés une fois rentrée du travail. La Chetwynd n’avait pas toujours été présente pour son enfant, mais s’était fait la promesse d’être là le plus souvent possible. Hors de question que son enfant soit élevée par une nourrice, à l’image de son éducation, et pour rien au monde elle ne renoncerait à ce lien mère/fille si particulier. Alors qu’elles se préparaient pour rejoindre la fête d’anniversaire de Charlotte, la meilleure amie de Sybil, cette dernière semblait prendre un temps fou à choisir ses vêtements. Depuis quelques semaines, elle voulait faire comme les grands, persuadée que la manière dont elle accordait les pièces était cohérente. Ça donnait parfois des combinaisons assez étonnantes, mais plutôt amusantes. Cette fois-ci, Leonor avait fait l’effort d’accepter les désirs de cette dernière. Elle avait pourtant volontairement placé une robe, deux jupes et deux hauts en avant de l’armoire, étant encore beaucoup trop petite de taille pour fouiller plus loin. Sybie, s’il-te-plaît. Elle poussa la porte de la chambre pour y découvrir que sa combine avait parfaitement fonctionné : elle avait opté pour cette petite robe aux tons pastels, que Leonor comme Sybil aimant tant. Elle avait l’impression d’être une vraie princesse, ce à quoi elle répondait qu’elle en était une, bien évidemment. Alors qu’elle se dirigeait vers la porte, la petite main de Sybil l’incita à rester quelques secondes de plus. Attends maman, deux secondes, s’il-te-plaaaaaît. Et en rien de temps, la voilà accrochée à sa mère, enlaçant ses jambes  avec ses petits bras. Regarde ma robe, elle est magique ! La petite s’émerveilla un peu plus alors qu’elle virevoltait dans la pièce. Les pierres incrustées sur le buste semblaient s’écouler le long du tissu comme une sorte de poussière d’étoile, apportant une touche particulièrement intéressante à la robe. Pourtant persuadée de l’avoir achetée dans une boutique classique, la petite Sybil attira de nouveau l’attention de sa mère. Et le plafond ! La nuit quand j’ai peur elles brillent. Allongée à même le sol, elle regardait de ses petits yeux naïfs un ciel étoilé sorti de nulle part. A cette heure-ci, ce n’étaient que de petites étincelles presque imperceptibles, mais la nuit, elles lui donnaient la sensation d’être en plein air. Est-ce que ta peur, ma chérie ? Elle haussa les épaules. Parfois oui, mais pas quand elles étaient ensemble. C’est pour toi aussi, maman. Mais j’arrive pas à les faire apparaître dans ta chambre. Leonor n’y connaissait rien en magie, seulement quelques notions. Elle avait entendu dire que chez certains enfants, les pouvoirs se manifestaient tôt, mais cinq ans, ça lui paraissait plutôt jeune. Et puis elle chassa cette problématique de son esprit, pour se reconcentrer sur ce qu’elle venait de dire. Elle sentait que Leonor n’était pas sereine, même si elle tentait de montrer le contraire. Leonor s’allongea à son tour, juste à côté d’elle, pour observer cette beauté générée par un si petit être. Elle finit par se tourner vers elle, l’attira contre elle pour plonger le nez dans ses cheveux et déposer une main sur sa joue. Cette fille, c’était un véritable cadeau. Elle retrouvait en elle toutes ces choses qu’elle aimait tant chez Vasyl. Et une fois de plus, elle se demandait bien ce qu’il pouvait faire là, à cet instant précis ; s’il allait bien, s’il lui était arrivé de penser à elle ces derniers temps, ne serait-ce qu’un petit peu.

repello wizard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CITOYENS NEUTRES
DATE D'ARRIVEE : 24/11/2018
MESSAGES : 289
PSEUDO : penthésilée.
AVATAR & CREDITS : laura harrier @chrysalis <3

ÂGE : vingt-trois ans.
ASCENDANCE : non-magique.
STATUT CIVIL : célibataire, le coeur en vrac.
METIER : étudiante en Master de psychologie, parcours psychologie infantile, bénévole dans une petite librairie aux abords de Hyde Park.
PARTICULARITE : endormie; un don qu'elle n'explique pas mais qu'elle essaie de comprendre malgré tout.
RÉPERTOIRE RP : gail / cassian / darius / intrigue #1.

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 1:07



(en vrai, trop de beauté en toi )

_________________

(gatekeeper) a broken house, another dry month waiting for the rain, and I had been resisting this decay; I thought you'd do the same but this is all I ever was, and this is all you came across those years ago. now you go too far, don't tell me that I've changed because that's not the truth and now I'm losing you. fragile sound, the world outside just watches as we crawl, crawl towards a life of fragile lines and wasted time. @mumford and sons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t380-whatever-walked-there
avatar
PURISTES SORCIERS
DATE D'ARRIVEE : 25/11/2018
MESSAGES : 194
PSEUDO : spf
AVATAR & CREDITS : m. bellucci (carnavage)

ÂGE : (56) usure à l'os
ASCENDANCE : (pur) cruor bleu irriguant la chair
STATUT CIVIL : (mariée) pétulance vermeille dans la jonction d'un baiser
METIER : (directrice dpt contrôle & régulation créatures magiques) scarlatine des monstres, méphitique famélique, quinquets ébaudis, princesse sous le charme des mythes. Horreur sous le voile, les disparus sous diane, les os en cage. Vénus & Chimères.
PARTICULARITE : (occlumens, animagus)
RÉPERTOIRE RP :
( IVAN ) fleurs du mal
( AMALHIA ) danse macabre
( INTRIGUE ) hommage à kingsley shalebolt
( ANYA ) ongoing

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 7:36

j'étais en train de me dire, ce pseudo m'est familier
felicity, sublime choix
alors comme ça on cède à la tentation des éphémères
une moldu'e
ça vient trébucher savates entre deux eaux, la petite n'a peur de rien.

tu connais la maison

_________________
- - LE MORT JOYEUX // au chant des violons, aux flammes des bougies, espères-tu chasser ton cauchemar moqueur, et viens-tu demander au torrent des orgies de rafraîchir l'enfer allumé dans ton coeur ? (baudelaire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ALLIANCE
DATE D'ARRIVEE : 08/06/2018
MESSAGES : 92
PSEUDO : mathy.
MULTICOMPTES : aucun.
AVATAR & CREDITS : tom hardy (tplrs).

ÂGE : quarante-et-un ans (29/03/86).
ASCENDANCE : (non-magique) identité fracturée, deux mondes lui dévorent le cœur.
STATUT CIVIL : (célibataire) en instance de divorce, myocarde crevé.
METIER : (leader de blackout) organisation considérée comme terroriste car prônant la lutte armée. ils défendent la réunification et souhaitent renverser un gouvernement corrompu. ancien propriétaire de l'entre-deux-mondes. fugitif par la force des choses.
PARTICULARITE : (occlumens) a érigé une muraille autour de l'esprit gangréné par le doute et la violence. (animagus) prend la forme d'un corbeau, a une fâcheuse tendance à s'engouffrer chez les autres d'une manière plutôt incongrue.
RÉPERTOIRE RP : victoria — melody (r) — trois — quatre.

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 13:04

shook
t belle
(plus que l'autre gueux)
( )

_________________
- - - Street lights, turn on one by one, My hope is descending like the sun, Try to tell myself there's freedom in the loneliness, Always restless, story of my life, Disconnected, body clock's not right, Try to tell myself that I'mma get some sleep tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t343-we-bleed-ourselves-in
avatar
PURISTES SORCIERS
DATE D'ARRIVEE : 24/11/2018
MESSAGES : 154
PSEUDO : géhenne
AVATAR & CREDITS : mads mikkelsen (mal de nuit) sign (sial)

ÂGE : │51│cadran balafré.
ASCENDANCE : │pur│ l'ichor s'écoule, ne saurait se tarir.
STATUT CIVIL : │marié│ vagabondages. appétence de chairs nouvelles.
METIER : │directeur du département des mystères│ mystiques palabres qu'il déverse aux curieux venus quémander le verrou des portes dérobées.
PARTICULARITE : │occlumens & legilimens│sournoiseries mentales.
RÉPERTOIRE RP : [ CLOSE ]
[ OLGA ] fleurs du mal
[ MINUS ] horreur sympathique
[ AMELIA ] hide & seek
[ GEMMA ] a little wicked
[ AMALHIA ] à venir
[ MIKHAIL ] à venir


repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 18:10

puriste moldu, c'quoi cet extrémisme là
perso éphémère... on peut torturer ?

_________________
la nuit, je mens.
☽☽ promenons-nous dans les bois, pendant que le Loup est là, si le Loup partait, qui nous mangerait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CITOYENS NEUTRES
DATE D'ARRIVEE : 22/11/2018
MESSAGES : 225
PSEUDO : lau
MULTICOMPTES : nope
AVATAR & CREDITS : lbs (little widling), (siren charms)

ÂGE : 22 ans
ASCENDANCE : pur
STATUT CIVIL : fiancé
METIER : apprenti potionniste
RÉPERTOIRE RP :


repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 21:19

re-bienvenue chez toi avec c'te beauté
et GG pour ta fiche !

_________________
- - i have kissed honey lips, felt the healing finger tips. it burn like a fire, this burning desire. i have spoke with tongue of angels, i have held the hand of the devil. it was warm in the night, i was cold as a stone. but i still haven't found what i'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t341-in-this-human-skin-i-
avatar

DATE D'ARRIVEE : 03/12/2018
MESSAGES : 5
PSEUDO : .crumble
AVATAR & CREDITS : felicity jones (bigbadwolf)

ÂGE : trente-quatre ans
ASCENDANCE : non-magique, sang noble
RÉPERTOIRE RP : description, description, description, description.

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 22:31

@Evie Rhyland me juge pas toi OKAY????
@Olga Romanova ah oui tiens c'est bizarre, je crois que je vous connais tous un peu dans le coin et oui, trop difficile de résister à la tenter et c'est pour la bonne cause j'équilibre les groupes pénurie de puristes moldus insérer excuse débile ici t'inquiète, les sorciers ne lui font pas peur merciiii
@Arthur Rylance merci babe oh oui carrément (coucou @Vasyl Avramenko)
@Ivan Romanov il peut parler le ruskov mais qui te dit que c'est pas ELLE QUI VA TE TORTURER NON MAIS
@Scorpius Malfoy merci beaucouuup

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CITOYENS NEUTRES
DATE D'ARRIVEE : 02/12/2018
MESSAGES : 9
PSEUDO : raph
MULTICOMPTES : vic
AVATAR & CREDITS : boyd holbrook & old money.

ÂGE : trente-trois ans.
ASCENDANCE : sorcier, né-moldu. (ec)
RÉPERTOIRE RP : description, description, description, description.

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mar 4 Déc - 23:44

Tu sais que je vais éditer des que je pourrai, fangirler et te shamer comme il se doit j’aurai aucun scrupule à le faire (t’es belle avec Felicity oh ma ma )

_________________

Que naissent, du tissu de notre rêve, des splendeurs énigmatiques et des ombres conquérantes, qu'un incendie total engloutisse ce monde et que ses flammes provoquent des voluptés crépusculaires, aussi compliquées que la mort et fascinantes comme le néant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t572-vasyl#5976
avatar
ALLIANCE
DATE D'ARRIVEE : 08/06/2018
MESSAGES : 32
PSEUDO : shakespearette.
AVATAR & CREDITS : gugu mbatha-raw (furiedheart, mathy)

ÂGE : trente-six ans
ASCENDANCE : sorcière supposée de sang mêlé
STATUT CIVIL : mariée

repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    Mer 5 Déc - 7:42

#shame #shame #shame
ah que coucou t'es trop belle bon shame-courage pour ta fiche !

_________________

    And all the dreams I had,
    I still see them in your eyes
    I'd give you everything I never had, I hope you know that. But now I have it, I don't need it. It's important that you see it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


repello wizard

MessageSujet: Re: ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)    

Revenir en haut Aller en bas
 

ignoring isn’t the same as ignorance, you have to work at it (leonor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» If I had a world on my own, everything would be no sens because everything would be what it isn’t. † Theia.
» I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✰ repello wizard :: ❝ le courrier du matin :: la salle des portraits-