AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
avis de recherche
Pour mettre en avant votre scénario, arbre généalogique ou groupe, c'est par ici !

famille pucey famille 2 groupe 1
intrigue interactive
Vous pensiez que l'intrigue avait été délaissée ? Que l'action s'éternisait ? Et bien non ! Nous espérons que cette petite nouveauté saura vous séduire, puisque c'est VOUS qui allez déterminer la fin de la première intrigue ! Pour en savoir plus, il suffit de cliquer ici.

On vous y attend nombreux !!
sous les projecteurs
Cette semaine, ce sont les personnages de Thésée Nott, Eireen Rhyland, Ophélia Corbyn, Melody Fraser et Eugene Ó Riain qui sont mis en avant ! Alors on vous propose de vite aller lire leurs présentations et mettre vos neurones en ébullition pour trouver de super liens. Promis, vous ne le regretterez pas !

Partagez | 
 

 don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMINISTRATRICE
DATE D'ARRIVEE : 05/09/2015
MESSAGES : 1335
PSEUDO : .crumble/sevde
MULTICOMPTES : not yet
AVATAR & CREDITS : caitriona balfe (yavanna)

ÂGE : trente-huit ans
ASCENDANCE : sorcière (sang-mêlée)
STATUT CIVIL : mariée à ewen rhyland et mère de deux enfants
METIER : co-fondatrice de vanish'cab + actrice
PARTICULARITE : aucune
RÉPERTOIRE RP : libre (en cours)

repello wizard

MessageSujet: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Dim 11 Nov - 2:37

gail carlson rhyland, née westenberg
“ You do not write your life with words... You write it with actions. What you think is not important. It is only important what you do. ”

> nom : née westenberg, gail a dû changer de nom une fois adoptée par les carlson, suite à la mort de sa famille pendant la deuxième guerre des sorciers. désormais mariée, elle porte le nom de son mari, rhyland. > prénom : gail, à la consonance douce et une simplicité à son image, alice en référence au personnage préféré de sa mère, rêveuse et à l'imagination sans limite, alice au pays des merveilles. > naissance, nationalité & âge : elle est née le treize septembre 1989 à edinburgh en écosse et est donc âgée de trente-huit ans. > ascendance : ses deux parents étaient sorciers, son sang est mêlé. > scolarité : elle intègre poudlard en tant qu'élève de la maison serdaigle. en 2020, elle s'inscrit dans un lycée partenaire du cdnm pour passer ses a-levels, précieux sésame lui permettant d'entreprendre des études d'ingénierie à l'université de londres. elle en ressort avec un master en 2025. > occupation actuelle : co-fondatrice de vanish'cab et actrice pour la série magic through times. > statut matrimonial : mariée à ewen rhyland depuis treize ans. > inventaire : une baguette magique (bois de vigne, crin d'oiseau-tonnerre, vingt-neuf centimètres), un plan de londres vanish'cab, un téléphone portable et un pms. > allégeance : elle est membre permanente de l'alliance. > particularités : elle n'en possède aucune. > avatar : caitriona balfe.

> choses à savoir : gail a grandi à north berwick, une petite ville d'écosse, dans une vaste maison de pierres typique de la région. sa mère était médicomage à l'hôpital sainte-mangouste et son père employé au département de justice magique du ministère de la magie. enfant unique, elle a comblé la solitude en allant dans une école non-magique avant de prendre le chemin de poudlard. ◊ elle perd ses parents à neuf ans pendant la deuxième guerre des sorciers, en février 1998, après une attaque de mangemorts à leur domicile : le couple westenberg, bien que non membre de l'ordre du phénix, leur venait en aide régulièrement en cachant des fugitifs. celle-ci est recueillie par des amis de ses parents, les carlson, puis adoptée par ces derniers. ◊ pendant deux ans, les carlson ont pensé que gail était une cracmolle, ne présentant que de très faibles manifestations de magie. en réalité, le traumatisme de l'assassinat de ses parents la hante toujours, et son enfance est perturbée par de nombreux cauchemars. elle n'arrive plus à canaliser son énergie, beaucoup trop effrayée par son utilisation et cache ceci en refusant de la pratiquer. ◊ elle finit par recevoir sa lettre de poudlard, prouvant que sa capacité à générer de la magie est toujours présente. répartie à la maison serdaigle, elle est plutôt étonnée par ce choix, refusant d'apprendre les aspects pratiques et même théoriques de la magie. petit à petit, gail a gagné confiance en elle, et surtout en la magie grâce à ses amis et le suivi de ses professeurs. elle s'améliore à son rythme, excelle même en théorie mais reste sur la réserve concernant la pratique. ◊ elle participe au casting pour le film de finn wyers "pour rire" et parce que "tous ses amis le font". la manière dont ce dernier raconte la dernière guerre la touche énormément. elle finit par être retenue avec cinq autres adolescents et on lui attribue alors le rôle d'hermione granger. elle interrompt ses études un an pour se concentrer sur le projet, fait divers voyages et déplacement pour s'imprégner au mieux leur histoire et rencontre même hermione en personne, qui lui donne quelques conseils. ◊ elle met directement fin à sa carrière pour reprendre ses études et se marie à vingt-quatre ans avec son meilleur ami d'enfance, ewen rhyland, un non-magique avec qui elle est allée à l'école avant de partir en "pension". elle lui révèle sa véritable nature en sixième année, à la sortie du film. ◊ la réunification lui donne des idées folles, et elle s'engage dans des études d'ingénierie où elle rencontre lorna mansfield, après près de dix ans de loyaux services au ministère de la magie. elle fonde vanish'cab avec cette dernière en 2023. ◊ elle est mère de deux jeunes femmes : maeve, âgée de dix-huit ans et evie, âgée de vingt-trois ans, que le couple a adopté suite aux attaques de 2019 à Londres. ◊ début 2027, finn wyers la recontacte pour lui proposer un rôle dans son nouveau projet : magic through times, qu'elle accepte, pour le côté historique très intéressant. elle tient le rôle de rowena serdaigle.
pseudo : .crumble/sevde. âge : vingt-quatre ans. pays : france. présence : every daaay. que penses-tu du forum ? pas grand chose vraiment... bizutage accepté ? BIEN-SÛR défoulez-vous   crédits : MITTWOCH. quelque chose à ajouter ? mon bébééééé trop contente de le revoir ouvriiiir en espérant que vous ne serez pas déçus

code à remplir:
 
repello wizard

_________________
we could be heroes.
keeping up with the rhylands:
 


Dernière édition par Gail Rhyland le Ven 23 Nov - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINISTRATRICE
DATE D'ARRIVEE : 05/09/2015
MESSAGES : 1335
PSEUDO : .crumble/sevde
MULTICOMPTES : not yet
AVATAR & CREDITS : caitriona balfe (yavanna)

ÂGE : trente-huit ans
ASCENDANCE : sorcière (sang-mêlée)
STATUT CIVIL : mariée à ewen rhyland et mère de deux enfants
METIER : co-fondatrice de vanish'cab + actrice
PARTICULARITE : aucune
RÉPERTOIRE RP : libre (en cours)

repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Dim 11 Nov - 2:38

Nobody's heart is perfect“ you do not write your life with words... you write it with actions. what you think is not important. it is only important what you do. ”
octobre 1997 - north Berwick, écosse

C'était une journée banale, comme ils en avaient tant partagé. Le ciel était plutôt couvert et les températures encore assez basses, normal dans cette région du Royaume-Uni. Gail se trouvait dans la cuisine auprès de sa mère, Susan, à terminer les biscuits du goûter avant que son père ne rentre du Ministère de la Magie. Elles avaient commencé par s'en partager un, l'heure du dîner étant proche, puis s'étaient enfilées la bonne demi-douzaine de cookies qui restait. Impossible de s'arrêter une fois la main dedans. On risque d'avoir un bon mal de ventre mais ça en valait la peine, tu crois pas ? La petite fille acquiesça, un large sourire aux lèvres avec quelques dents en moins. Et si papa demande qui a mangé tout ça, on dira que... c'est un haggis sauvage qui les a pris ! Ou un gnome ! Et qu'il faut vite dégnommer le jardin ! Les rires s'élevaient dans les airs et la soirée avait tout l'air de bien commencer. Des amis de ses parents les avaient rejoint autour de la cheminée. Cette semaine, c'était une jeune femme avec son petit-frère à peine âgé de quinze ans et qui aurait certainement dû être à Poudlard plutôt qu'ici. Un couple de la quarantaine était arrivé la veille en plein milieu de la nuit et s'apprêtait à repartir deux jours plus tard après avoir trouvé un moyen d'embarquer sur un bateau pour la Norvège. Gail était assez jeune pour comprendre toutes les horreurs de la guerre, mais savait comme les temps étaient difficiles pour certains. Alors avec sa naïveté infantile, elle tentait de raviver les coeurs, redonner le sourire à ceux qui l'avait perdu en chemin. Ils s'étaient d'ailleurs prévus une bonne soirée pizza et jeu de société, avec comme dessert des bonbons soigneusement choisis par la fillette au supermarché du coin. Et tout ceci en tentant évidemment de maintenir la calme dans la maison, car trop de bruit attirerait inévitablement des indésirables. On ne profite jamais assez de ce genre de moments, car on s'imagine toujours qu'il y en aura d'autres. L'arrivée hâtive de Bran, le père, avait fini par chambouler leurs plans de soirée tranquille, mais pas une seule fois la jeune Gail n'avait pensé que c'était leur dernière fois ensemble. Tout le monde, prenez vos affaires — le strict minimum — on s'en va. La surprise ne se lisait même plus sur les visages : ils étaient bien trop habitués à ce genre de situation. Les Westenberg avaient vu un bon nombre de personnes défiler chez eux, rester quelques temps puis vite repartir. Mais c'était bien la première fois que la petite famille allait devoir abandonner leur domicile. Le Ministère a découvert qu'on cachait des fugitifs. Un collègue l'a sous-entendu. Ils ont dû envoyer des rafleurs dès l'instant où j'ai quitté le Ministère. J'ai emprunté la cheminée de mon supérieur mais ils vont rapidement se rendre compte que je ne suis plus là. Instinctivement, les parents Westenberg attrapèrent leur petite fille avant de s'assurer que tout le monde était bien prêt. Vous connaissez le protocole. On se retrouve au parc régional de Pentland Hills pour faire le bilan et ensuite prendre refuge dans la forêt de Dean. Tout le monde s'agitait autour d'elle et Gail se cramponnait à sa mère, effrayée par le ton grave de son père et les mines abattues de leurs compagnons d'infortune. T'en fais pas mon ange, tout ira bien. Elle hocha la tête, puis ferma les yeux. Lorsqu'elle n'arrivait pas à dormir, sa mère lui disait d'imaginer une plage comme celles qu'ils avaient en Ecosse et d'écouter le bruit des vagues. Et c'est ce qu'elle fit, pour chasser l'angoisse. Deux groupes avaient été formés : les Westenberg ensemble et les quatre sorciers recherchés. Les enfants de la même fratrie avaient été assignés à un adulte chacun, plus à même de contrôler leur capacité à transplaner ou enfourcher un balai dans des situations difficiles. L'instant d'après, la maison était encerclée et attaquée par un groupe de mangemorts. Ça avait commencé par une explosion, tuant son père sur le coup. Quant à sa mère, elle s'était retrouvée grièvement blessée au sol, entourant de ses bras la mince silhouette de Gail. Toutes les deux enfermées dans la chambre de la petite, elles parvinrent à sortir par la fenêtre. Elle tenta de transplaner à plusieurs reprises, en vain, les jambes et l'abdomen de Susan étaient bien trop touchés pour cette magie ou même le simple fait de courir. Tu te souviens de notre lieu secret dans la forêt ? Cours jusque là-bas, attends que les Carlson viennent te chercher. Et toi ? Viens avec moi, j'y arriverai pas, maman ! Elle s'accroupit à hauteur de Gail alors que les larmes coulaient le long des joues de la jeune mère, rapidement suivie par sa fille. C'est la seule solution, ma chérie. Je suis tellement désolée, n'oublie pas que papa et maman t'aimeront toujours. Même si on n'est plus à tes côtés. Ils ne pourront pas nous prendre ça. Elle hocha la tête, puis la poussa de ses bras pour l'entraîner vers les bois. Elle puisa ses dernières forces pour attaquer le mangemort qui les avait rapidement repéré et ainsi permettre à Gail de s'éloigner en sécurité. Cette dernière a appris bien des années plus tard que Susan Westenberg avait été capturée, puis torturée avant d'être exécutée. Elle avait gardé le silence jusqu'à la fin, emportant dans la tombe le peu d'informations qu'elle connaissait concernant l'Ordre du Phénix.

Elle ne saurait dire combien de temps elle avait attendu dans cette petite cabane, assise à même le sol, la tête enfouie dans ses bras. Elle avait même fini par s'endormir, n'ayant plus aucune énergie pour pleurer. Gail ? Réveille-toi... Gail. Une main secoua légèrement son épaule, et la petite fille se réveilla en sursaut d'une nuit sans rêve, ni cauchemar. C'est Sophie, ne t'inquiète pas. Tu es en sécurité maintenant, on t'emmène avec nous. Elle vit de grandes tâches de sang sur ses vêtements une fois dehors, à la lumière du jour. Prise de panique, son coeur s'emballa et sa respiration devint plus difficile. Elle ne sentait ni ses bras, ni ses jambes et était incapable de bouger, comme tétanisée. Calme-toi, respire. Tu n'as plus rien à craindre. La voix lui parut lointaine, comme un vague écho. Ses yeux ne cessaient de parcourir les lieux, comme pour essayer d'identifier là où elle se trouvait. Respire doucement. On va s'en aller, tu seras mieux à la maison. Elle n'arrivait pas à parler mais ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle n'avait plus de maison. Tout était parti en fumée. Peter apparut dans l'encadrement de la porte, avec son sourire habituel, pourtant moins éclatant cette fois-ci. Il se baissa à son tour pour la prendre dans ses bras et la sortir de cette cabane de bois, direction la voiture.

décembre 1997 - londres, angleterre

Tous les papiers avaient été signés. Les Carlson avaient même présenté un testament rédigé par ses parents, dans lequel ils leur confiaient la garde de leur fille unique. Amie de longue date, Sophie avait été désignée comme marraine et Gail la considérait donc comme une véritable membre de leur famille. Jamais elle n'avait imaginé que ça serait le cas, officiellement, un jour. Je sais que c'est beaucoup d'un coup. Mais je t'assure, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Tes parents... tes parents n'auraient pas voulu que tu sois élevée par de parfaits inconnus. Celle-ci avait tout tenté pour espérer obtenir ne serait-ce qu'un petit sourire de la part de Gail, qui n'arrivait pas à chasser son chagrin. Elle se rendait bien compte de la chance qu'elle avait, être recueillie par des personnes qui lui étaient chères, mais le fait de ne plus être la fille de ses parents, mais celle des Carlson l'avait anéantie. Je vais devoir t'appeler Maman maintenant ? Sophie lâcha un petit rire, avant de poser les mains sur les épaules de la fillette. Bien-sûr que non. Je resterai simplement Sophie. Sauf si tu souhaites m'appeler autrement. Gail hocha la tête, respira un bon coup. Ce poids sur son coeur s'était envolé : elle ne voulait pas remplacer Susan, elle ne voulait ni d'une nouvelle maman ni perdre cette marraine qu'elle avait toujours considérée comme une tante. Leur petite virée administrative au Ministère de la Magie avait fini par devenir une escapade sympathique dans la capitale, avec un passage non négociable sur le Chemin de Traverse. Leur retour se faisait en train, long voyage durant lequel Gail avait fini par s'endormir. La journée avait été riche en émotions, et ce moment de répit allait finalement ne pas en être un. Son sommeil profond avait été perturbé par des images, des souvenirs avec lesquels elle se battait depuis la mort de ses parents. La plupart du temps, elle revoyait les derniers instants avec sa mère, revivait cette peur qui l'avait paralysée et avait la sensation qu'elle étouffait. L'esprit tourmenté, elle ne cessait de se demander ce qui était arrivé à sa mère, comment s'étaient passés ses derniers instants et se répétait sans arrêt qu'elle aurait dû être avec elle. Et puis tout se mettait à tourner autour d'elle, doucement puis très vite, alors qu'elle luttait pour rester debout. S'ensuivait un réveil soudain, avec des sueurs froides qui se mêlaient aux larmes beaucoup trop nombreuses. Comme à son habitude, Sophie l'avait prise dans ses bras pour l'aider à retrouver son calme, et restait à ses côtés jusqu'à ce qu'elle se rendorme. Ça marchait toujours, elle le savait. C'était le cas avec ses propres enfants. Dans tout ce malheur, Sophie réussissait à y trouver un petit réconfort. Elle avait été privée de ses deux enfants, et elle ferait tout son possible pour ne jamais revivre ça.

FÉVRIER 1998 - EDINBURGH, ÉCOSSE

Gail s’habituait progressivement à sa nouvelle vie. Elle avait toujours vécu en campagne, là où tout était calme, serein alors que la ville, c’était tout le contraire. Ses amis de North Berwick lui manquaient. Sophie et Peter avaient tout fait pour que la transition se fasse progressivement. Ils l’emmenaient souvent les voir, ou bien les invitaient à la maison. Mais ce n’était pas pareil, ça n’avait pas le même goût. L’insouciance de la petite s’était envolée le jour de cette attaque. Elle qui vivait les étoiles plein les yeux, avec l’impatience de rejoindre enfin la grande école de sorcellerie qu’était Poudlard, reniait sa magie en espérant qu’elle arriverait peut-être à s’en débarrasser si elle y croyait fort. Ses pouvoirs s’étaient manifestés pour la première à sept ans, elle était en bonne voie pour apprendre progressivement auprès de ses parents. Mais la coupure provoquée par leur mort avait pendant un temps réduit ses capacités, si bien que les Carlson ont cru un moment qu’elle était une cracmole. Ils avaient essayé de lui en parler, de lui remonter le moral en lui soutenant que ça ne changerait rien pour eux, qu’elle soit sorcière ou pas. Et pourtant, ça l’avait infiniment soulagée, comme sa véritable nature représentait pour elle un danger. Hé ! Elle entendit une petite voix non loin derrière elle et des pas plus rapides. Un petit garçon finit par poser une main sur son épaule, presque essoufflée de cette petite course pour la rattraper. Gail, c’est ça ? Elle hocha la tête, esquissa un petit sourire. Et toi, tu es ? demanda-t-elle, sachant pertinemment qu’ils étaient dans la même classe à l’école. Elle ne connaissait pas grand monde encore et se plaisait dans son petit coin. Ton voisin ! Ewen Rhyland. Nos parents se connaissent depuis quelques années maintenant. Elle écarquilla légèrement les yeux, surprise. Ils connaissaient mes parents ? Ils étaient de North Berwick ? L’expression de l’enfant changea immédiatement. Si ta famille et les Carlson se connaissaient si bien, tu saurais que je ne suis que leur fille adoptive. Je le savais… J’ai juste pas osé t’appeler comme ça. Il haussa les épaules. Mais je t’ai déjà vu plusieurs fois ici. Avant. Ce n’était pas la première fois qu’elle se rendait au domicile des Carlson, avant son adoption. Les lieux lui étaient même familiers. Elle n’aurait cependant jamais imaginé qu’un jour, ça serait chez elle aussi. Sophie est ma marraine. Et mère adoptive aussi. Mais elle a dit qu’elle pouvait rester simplement ma marraine si je le voulais. Et c’est ce que tu veux ? Elle fit une petite grimace, réfléchit quelques instants. Je sais pas trop, un peu oui. Mais j’ai peur de finir par oublier ma vraie maman… Gail n’avait jamais réellement parlé de ses craintes, personne à part Sophie et encore, elle gardait bien des choses enfouies en elle. Avec Ewen, c’était plus facile. Il suffisait de quelques sourires, des regards sans rien dire pour savoir qu’il la soutenait, et non pas la prenait de pitié, comme ses instituteurs ou une grande majorité de sa classe.

2001 - Poudlard, ÉCOSSE

Jeune demoiselle, je crois qu’il y a du courrier pour toi ! C’était un dimanche en début d’après-midi, un dimanche où ils s’éternisaient des heures durant à table à l’occasion du brunch familial. Ils regardaient la rediffusion d’un énième épisode de cette série des années quatre-vingt-dix qu’ils connaissaient déjà par cœur. Ça les amusait assez d’imiter les voix des personnages ou de balancer les répliques quelques secondes à l’avance pour gâcher un suspens qui n’existait plus. Elle tendit la main pour attraper la lettre, pensant recevoir une carte postale d’Ewen, en vacances en Espagne. Son sourire se crispa lorsqu’elle vit le cachet au dos. C’est… c’est Poudlard ? Sophie avait jeté un coup d’œil et fini par confirmer l’expéditeur. C’est une bonne nouvelle, non ? Gail était silencieuse, la mine grave. Ça te rassure pas d’être une sorcière, comme tes parents ? Elle haussa les épaules. Justement… non. La magie me fait peur… C’est grave si je préfère rester ici, avec vous ? Les parents Carlson la prirent dans leurs bras, et s’ensuivit une longue discussion pour tenter l’apaiser les blessures de la petite fille, encore trop présentes. Les premiers mois à Poudlard avaient été des plus difficiles. Gail refusait d’avoir recourt à la magie, si bien qu’elle ne s’intéressait même pas aux matières théoriques. Il avait fallu plusieurs discussions avec les professeurs pour lui redonner progressivement confiance en elle, mais surtout en la magie. La petite fille avait fini par comprendre que ce n’était pas la magie en elle-même qui était dangereuse, mais surtout la manière dont une personne s’en servait. Alors elle avait commencé à s’y faire, doucement, progressivement avec la botanique ou encore les cours de potions avant d’accepter de manier sa baguette. Loin d’être stupide, sa répartition au sein de la maison serdaigle démontrait bien les capacités d’apprentissage certaines de la Carlson, qui finit par rattraper son retard pour passer de justesse à l’année supérieure. Le reste de sa scolarité s’était plutôt bien passée, trouvant un véritable intérêt en l’étude de la magie. Comme pour beaucoup d’élèves, elle s’y sentait désormais chez elle. Elle avait rencontré d’autres étudiants ayant dû faire face aux traumatismes de la dernière guerre et ensemble, ils s’étaient tout simplement soutenus. Gail se pensait seule, pendant un temps, avec cette peur constante qui la rongeait mais elle se rendit rapidement compte que d’autres sorciers avaient vécu la même chose qu’elle.

2003 - Poudlard, ÉCOSSE

Apparemment, un réalisateur va venir à Poudlard pour faire des auditions parmi les élèves. Ça vous tente d’essayer, juste pour rire ? Gail avait balancé l’information en plein milieu d’une conversation, après avoir vu des affiches dans leur salle commune. Pourquoi pas ! Un film entre amis ça peut être plutôt cool. Et puis, ça ferait une bonne expérience ! Et en un claquement, ils étaient six à vouloir se présenter la semaine prochaine. Trois jours de cours avaient été spécialement bloqués pour l’occasion, incitant les élèves voulant échapper aux salles de classe à se présenter. Elle n’avait jamais fait ça avant, et en avait vaguement parlé lors de sa dernière lettre à ses parents. La prochaine star du monde magique se cache peut-être parmi nous ! Ils eurent un fou-rire, un peu moins fort pour Gail, plongée dans la lecture de la scène imposée à jouer. Gail ? Tu vas bien ? Elle releva la tête, hocha la tête. Ça m’a juste rappelée quelque chose… Son amie posa une main sur son épaule. T’es pas obligée d’en parler, tu sais. Oui, merci. Lorsque son tour arriva, Gail avait hésité à se rétracter à la dernière minute, mais quelque chose en elle la poussait à aller jusqu’au bout. Une force indescriptible et ce besoin de rendre honneur à toutes les personnes décédées l’avait fait tenir bon. Une fois devant Finn Wyers et son équipe, elle resta silencieuse quelques instants avant de se lancer. Et ne plus s’arrêter. Toutes ces émotions qu’elle s’était efforcée de réprimer ces dernières années lui explosaient en pleine figure, lui permettant alors de faire une performance à laquelle elle n’aurait jamais cru. Elle n’avait pas une seule seconde envisagé de faire carrière dans le cinéma, c’était juste un hasard, un heureux événement tombé au bon moment dans sa vie. Près de trois mois plus tard et d’autres auditions, Gail avait été annoncée au reste de la communauté magique comme le jeune visage d’Hermione Granger, célèbre sorcière connue pour ses actes héroïques. Une pression supplémentaire, de peur de mal l’interpréter, mais les nombreuses rencontres entre l’équipe et cette dernière l’avait aidée à comprendre beaucoup mieux l’état d’esprit de la sorcière à cette époque, pas si différente de la sienne. Pour le moment ça va, tu fréquentes encore le commun des mortels mais bientôt, bientôt tu seras une star interplanétaire et te mêler à la populace t’intéressera plus. Gail manqua de recracher son déjeuner, prise d’un énorme fou rire. Alice était infatigable, et son sens de l’humour aussi. Peut-être bien… Je pourrais peut-être vous inviter sur mon yacht privé, on verra bien selon mes envies du moment. Alice lui donna un petit coup de coude et Gail enlaça les bras autour de sa meilleure amie en guise de réponse. Jamais de la vie. Vous êtes mes amis. Mieux, ma famille.

août 2005 - Edinburgh, ÉCOSSE

Il l’attendait là, sur le pas de la porte, ce sourire contagieux aux lèvres. Comme chaque été, les Rhyland testaient les plus belles destinations ensoleillées de la planète et le jeune homme rentrait tout bronzé, et avec quelques coups de soleil en prime. Cette fois-ci, c’était l’Indonésie et les plus belles plages de Bali. Gail n’avait pas vu énormément d’endroits à part son Ecosse natale et le l’Angleterre, mais la manière dont il racontait ses aventures lui donnait envie de se lancer à son tour. Ils ne se voyaient pas autant qu’ils le voudraient, Gail étant la plupart de l’année dans son pensionnat privé et lui à Edinburgh. Alors ils se contentaient de leurs petits moments rares mais privilégiés tout en s’envoyant quelques lettres. Ewen avait insisté auprès de ses parents pour qu’ils envoient sa toute première lettre lors de sa première année à Poudlard et la petite fille avait trouvé du réconfort en cet ami qui ne voulait pas l’oublier malgré la distance. Leur amitié s’était solidifiée au fil des années et les deux adolescents trouvaient de plus en plus difficile le temps loin l’un de l’autre. Si bien qu’ils s’étaient fait une promesse, juste avant qu’il ne parte en vacances un mois avant, de réfléchir à leur situation, à cette amitié qui en était bien plus. Alors, une idée de où on va se poser ? Toujours à notre petit café ? Il hocha la tête et ils prirent ensemble la direction du centre-ville, suivis de loin par quelques petits curieux. On va prendre un petit raccourci. lâcha-t-elle avant de dévier brusquement dans une ruelle. Tu rigoles c’est beaucoup plus lo¬— Chut, on se fait suivre. Ce qui eut le mérite de provoquer un fou rire chez le Rhyland. Tu délires. lâcha-t-il, remarque suite à laquelle elle lui place un bon coup de coude dans les côtes. Je t’assure que oui. Il haussa les épaules. Très bien. On va faire ce détour de dix minutes alors. Et ils repartirent de plus belle, riant de nouveau à cette situation jugée exagérée par Ewen mais nécessaire pour Gail. Il ne savait pas tout. A quelques pas de leur point de rendez-vous, une personne tenta discrètement de les rejoindre, attira quelques regards postés au loin. Et elle qui pensaient qu’ils n’oseraient jamais les accoster auprès de tous ces non-magiques… Miss Carlson, quelques mots rapides sur votre performance ? Elle fit un signe de tête que non, fit en sorte de les remercier poliment avant de s’éloigner. T’as une vie cachée ou quoi ? Après réflexion, ça m’étonnerait même pas. ¬— Je dois te montrer quelque chose, suis-moi. Mais avant ça, promet moi de pas flipper.Tu me connais bien assez ! Justement. Près de cinq minutes plus tard, Gail était devant un stand pour acheter des tickets menant aux célèbres Edinburgh’s Vaults. Pour de nombreux touristes, il ne s’agissait que de lieux abandonnés mais pour les sorciers, c’était l’équivalent de leur Chemin de Traverse, en un peu moins éclairé. C’est vraiment ça ton idée d’un premier rendez-vous ?Parce que c’en est un ? demanda-t-elle un sourire au coin des lèvres. Tu risques d’être surpris. Et arrivée à ce moment-là, Gail se doutait bien qu’elle était allée beaucoup trop loin, que révéler la magie à un non sorcier était proscrit. Mais il n’était pas n’importe qui et les relations entre les deux communautés n’étaient pas interdites comme aux Etats-Unis. Elle ne voulait plus lui mentir, encore moins au moment où leur relation prenait un tout autre tournant. Quelques mètres dans les caves et une petite trappe plus tard, les voilà propulsés dans une rue piétonne cachée sous la ville, là où créatures magiques et chapeaux pointus se côtoyaient. Promis, je vais tout t’expliquer. Mais avant ça, direction le cinéma. Ce même cinéma où le film dans lequel elle jouait était projeté. Elle n’avait pas osé aller le voir avec ses parents ou ses amis, de peur d’essuyer leurs critiques, mais pour Ewen, c’était tout un nouveau monde qui allait se dessiner sous ses yeux. Des choses dont elle ne réussissait pas à parler et les images le feront à sa place. Une partie d’elle-même difficile à expliquer. Mais avant ça, j’aimerais te dire que je t’aime Ewen, vraiment. Et que j’aurais aimé t’en parler beaucoup plus tôt. Il posa une main sur sa joue, lui lança un regard attendri. T’en fais pas pour moi. Un de mes meilleurs amis a intégré ce fameux pensionnat en Ecosse. J’attendais simplement que tu te sentes prête pour m’en parler. Et il n’en fallait pas plus pour qu’elle lui dépose un doux baiser sur les lèvres. Il parvenait toujours à la surprendre, à se montrer patient même si la situation était des plus loufoques. Alors maintenant, on va aller voir mon film, tu veux bien ?Ton film ?Et ouais, ta voisine est une star. qu’elle avait balancé sans aucun sérieux. Elle se fichait bien de la notoriété. Une seule après-midi avait suffi pour mettre en ébullition les esprits sorciers. Dès le lendemain, la petite escapade amoureuse très largement exagérée par l’increvable Rita Skeeter faisait la une de la Gazette du Sorcier, avec en prime une belle photo souvenir pour les jeunes tourtereaux.

entre 2018 et 2019 - londres, angleterre

La communauté sorcière s’était réunie à Hyde Park pour célébrer le vingtième anniversaire de la grande victoire. Maeve était accrochée au bras de son père alors que Gail se trouvait en tête de ligne pour se frayer un chemin au plus près. Il était loin ce temps où on l’interpellait dans la rue pour des photos improvisées, à son plus grand bonheur. Après la sortie de la Chute du Mage Noir, la jeune femme avait volontairement mis fin à cette carrière qui représentait pour elle une merveilleuse expérience mais sûrement pas une option de carrière. Elle souhaitait s’installer avec Ewen au plus vite, obtenir un travail sérieux et peut-être même fonder leur petite famille. Ils avaient commencé par l’enfant, heureux hasard accueilli dans le plus grand des amours avant de se marier, quelques années plus tard. L’avenir semblait leur appartenir et rien ne pouvait ternir leurs nombreux projets. Et lorsqu’était venue l’annonce de la Réunification, une lueur folle s’était allumée dans leurs yeux, enchantés par l’idée de ne plus cacher le monde sorcier au reste du Royaume-Uni. Leurs enfants n’allaient plus avoir à se cacher, et bien qu’ils étaient conscients des risques que de tels changements pouvaient entraîner, ça en valait largement la peine. Tout le monde ne semblait pas du même avis et rapidement, des groupes extrémistes avaient fait part de leur mécontentement, prônant le retour du Secret Magique. Ewen Rhyland, est-ce que… est-ce que vous avez des nouvelles de Monsieur Rhyland. C’est mon mari, il était non loin des lieux quand c’est arrivé. Je- je l’ai entendu. Au téléphone. Cette immense explosion. Et- et plus rien. S’il-vous-plaît, dîtes-moi que vous savez quelque chose. Un personnel soignant du Guy’s Hospital avait décidé de la prendre à l’écart après avoir examiné les registres. Toute personne affiliée à un sorcier a été envoyée à l’hôpital Sainte-Mangouste, je ne peux rien dire de plus avant que vous ne les consultiez. Elle remercia la jeune femme avant de transplaner près de l’établissement sorcier et de se précipiter à l’intérieur. Les blessés étaient bien trop nombreux et le personnel était débordé, mais Gail avait rapidement été redirigée vers la chambre de son mari, qui heureusement ne présentait que quelques blessures superficielles. Je crois que me lasserai jamais de votre hôpital. Beaucoup trop canon. Et puis, ça sent bon. lâcha-t-il avec un rire étouffé par une quinte de toux. Il allait s’en sortir, et c’est tout ce qui lui importait. Les événements les avaient poussés à s’engager davantage auprès de l’Alliance et défendre leurs idéaux. Hors de question de replonger le Royaume-Uni dans une guerre qui mêlerait sorciers aux non-magiques.  

Tu sais, tu n’es pas obligée de me parler, Evie. Tu peux rester dans cette chambre aussi longtemps que tu le souhaites, fermer les yeux pour te reposer ou bien te défouler en saccageant tout sur ton passage. Je ne te forcerais en rien, parce que ça ne marche pas comme ça et que je sais parfaitement de quoi je parle. Elle marqua une courte pause, observait Evie lancer des regards furtifs dans cette pièce qui allait devenir sa chambre. C’était un trop gros bouleversement pour l’adolescente qui se retrouvait privée des siens, contrainte de vivre auprès de parfaits inconnus. J’ai perdu mes parents, pendant la guerre. Rien ne suffira à taire cette souffrance, mais saches que nous sommes là, pour partager. Ewen, Maeve et moi. Que ce soit pour les longs silences ou les discussions folles, les fou-rires aux larmes ou encore les disputes. Sûrement pas pour remplacer les tiens.

2027 - londres, angleterre

Les temps sont difficiles et les esprits tendus. L’atmosphère à Londres ne présage rien de bon pour le reste de la communauté sorcière britannique. Les attaques se multiplient et avec eux, leur lot de morts. Ce qui à l’époque était une merveilleuse nouvelle pour beaucoup semblait avoir viré au cauchemar aujourd’hui. Les rues n’étaient plus sûres et dans l’ombre quelques groupes extrémistes en profitaient pour se radicaliser encore plus, répandre leur venin au sein d’une population effrayée par l’idée d’une nouvelle guerre. Un avenir incertain pour leurs enfants et l’impossibilité d’ignorer encore longtemps cette situation qui tournait au désastre. Il était temps de s’unir contre l’ennemi, gonfler leurs rangs et faire en sorte que l’Alliance puisse faire face à la menace.
 
repello wizard

_________________
we could be heroes.
keeping up with the rhylands:
 


Dernière édition par Gail Rhyland le Dim 2 Déc - 14:35, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CITOYENS NEUTRES
DATE D'ARRIVEE : 08/04/2018
MESSAGES : 145
PSEUDO : raph
MULTICOMPTES : vasyl
AVATAR & CREDITS : emily blunt & dandelion / signa astra, archive.

ÂGE : 35 ans.
ASCENDANCE : no-maj'.
STATUT CIVIL : célibataire. incapable d'honorer quiconque de sa présence suffisamment longtemps pour entretenir une vraie relation amoureuse.
METIER : journaliste d'investigation, devenue indépendante après avoir été remerciée sans cérémonie il y a huit mois.

repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Jeu 22 Nov - 22:48

T'es belle en Caitriona omg et j'aime beaucoup trop ta fiche, ça fait trop plaisir de te relire là.

_________________
fly with me falling throught the night // why are you so scared and creeping around, taking photographs all over town, pictures in the dark that live in the light, the world is my playground too and I’ll do what I like. Why are you so scared of falling apart, intimidating me for falling apart, stay on your knees with your cross and don’t tell me you know so, the world is my playground too and I refuse to follow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t349-vic#2408
avatar
CITOYENS NEUTRES
DATE D'ARRIVEE : 22/11/2018
MESSAGES : 305
PSEUDO : lau
MULTICOMPTES : nope
AVATAR & CREDITS : lbs (morrigan), (siren charms)

ÂGE : 22 ans
ASCENDANCE : pur
STATUT CIVIL : fiancé
METIER : apprenti potionniste
PARTICULARITE : sa blondeur qui ne laisse place à aucuns doutes sur son identité. hormis cela, il n'est qu'un simple sorcier.
RÉPERTOIRE RP :
LES PARCHEMINS ENTÂMÉS


repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Ven 23 Nov - 14:40

onze parties mais
maso
mais t'es fab alors ça pardonne tout

_________________
- - i have kissed honey lips, felt the healing finger tips. it burn like a fire, this burning desire. i have spoke with tongue of angels, i have held the hand of the devil. it was warm in the night, i was cold as a stone. but i still haven't found what i'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t341-in-this-human-skin-i-
avatar
ADMINISTRATRICE
DATE D'ARRIVEE : 05/09/2015
MESSAGES : 1335
PSEUDO : .crumble/sevde
MULTICOMPTES : not yet
AVATAR & CREDITS : caitriona balfe (yavanna)

ÂGE : trente-huit ans
ASCENDANCE : sorcière (sang-mêlée)
STATUT CIVIL : mariée à ewen rhyland et mère de deux enfants
METIER : co-fondatrice de vanish'cab + actrice
PARTICULARITE : aucune
RÉPERTOIRE RP : libre (en cours)

repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Ven 23 Nov - 14:50

@Victoria Fairchild, merciiii et trop trop contente que t'apprécies ce que tu lis t'es trop canon en fille

@Scorpius Malfoy, haha c'est trop chou mais en vrai les onze parties vont être réduites à fond parce que j'arrive même pas à profiter des pauses au boulot pour écrire c'est quoi ce monde

_________________
we could be heroes.
keeping up with the rhylands:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CITOYENS NEUTRES
DATE D'ARRIVEE : 22/11/2018
MESSAGES : 305
PSEUDO : lau
MULTICOMPTES : nope
AVATAR & CREDITS : lbs (morrigan), (siren charms)

ÂGE : 22 ans
ASCENDANCE : pur
STATUT CIVIL : fiancé
METIER : apprenti potionniste
PARTICULARITE : sa blondeur qui ne laisse place à aucuns doutes sur son identité. hormis cela, il n'est qu'un simple sorcier.
RÉPERTOIRE RP :
LES PARCHEMINS ENTÂMÉS


repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Ven 23 Nov - 19:59


t'y est bien dans ta boite ?
(aa)

_________________
- - i have kissed honey lips, felt the healing finger tips. it burn like a fire, this burning desire. i have spoke with tongue of angels, i have held the hand of the devil. it was warm in the night, i was cold as a stone. but i still haven't found what i'm looking for.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t341-in-this-human-skin-i-
avatar
ADMINISTRATRICE
DATE D'ARRIVEE : 05/09/2015
MESSAGES : 1335
PSEUDO : .crumble/sevde
MULTICOMPTES : not yet
AVATAR & CREDITS : caitriona balfe (yavanna)

ÂGE : trente-huit ans
ASCENDANCE : sorcière (sang-mêlée)
STATUT CIVIL : mariée à ewen rhyland et mère de deux enfants
METIER : co-fondatrice de vanish'cab + actrice
PARTICULARITE : aucune
RÉPERTOIRE RP : libre (en cours)

repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    Ven 23 Nov - 20:03

OUIII
c'est plutôt cosy je trouve tu veux m'y rejoindre?

_________________
we could be heroes.
keeping up with the rhylands:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


repello wizard

MessageSujet: Re: don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)    

Revenir en haut Aller en bas
 

don't think you haven't lived long enough to have a story to tell (gail)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un combat long....très long !!
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» Repos après un long voyage
» Retour d'un long voyage...
» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✰ repello wizard :: ❝ le courrier du matin :: la salle des portraits :: dossiers validés-