AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Ven 29 Juin - 14:55

Est-ce enfin la goutte de trop ? Fauve n’en sait rien, il observe les poings serrés du moldu, comme s’il se retenait d’exploser. Il s’est recommandé une bièreaubeurre, ne pouvant désormais plus boire dans le précédent verre dont il devrait pourtant payer la note. La dernière phrase eut l’air de le pousser à bout, et Fauve l’observa perdre toute contenance. Il était encore plus beau en colère, nota à contre coeur le sorcier. Avait-t-il enfin réussi à le faire craquer ? Allait-il le lâcher ? « Mon appareil photo à la con comme tu dis, il m’a coûté toutes mes économies et je ne peux pas en racheter un autre. Sinon je ne serais pas là, à supporter que tu te foutes de ma gueule, juste parce que ta vie est trop insipide pour te divertir ! » Déversa t’il. Sa voix était devenue cassante et ses oreilles avaient rougi, signe qu’il était vraiment à bout, cette fois. Fauve ne répondit pas, observant calmement les effets qu’il était enfin parvenu à produire chez le joli blond. Sa vie, insipide ? Il n’avait pas tort, c’était une morne routine qui lui donnait parfois envie de se tirer une balle, mais c’était la même que tout le monde après tout. Mais il aurait tout bonnement pu lui répondre que oui. Il était un divertissement. Une activité pour occuper sa soirée avant de devoir rentrer. Ça n’aurait servi à rien, il le savait déjà. Fauve avait été suffisamment clair à ce sujet. « Tu ne comptes pas vraiment me le rendre, n’est-ce pas ? Tu veux juste voir jusqu’où je peux aller… » Il reprit une grosse lampée de bièreaubeurre tandis que le sorcier, lui, ne quittait pas son cinéma des yeux. Et d’ailleurs il n’était pas le seul. Quelques sorciers au comptoir avaient tourné le regard, intéressés par l’excès colérique du gamin.« Tu veux de la distraction ? » Les sourcils de Fauve se froncèrent instinctivement face au sourire provocateur que lui offrait son interlocuteur. Il manigançait quelque chose, mais avant même que Fauve puisse y réfléchir, les doigts du blond l’attrapèrent par le col et il fut brusquement tiré vers lui. Leurs lèvres se croisèrent. Le sorcier eut juste l’impression de se désintégrer sur place. C’était inattendu et complètement hors de contrôle. Une odeur tiède de bière emplit ses narines alors que son palpitant perdait soudain la cadence durant une seconde. Ses lèvres étaient douces. Il aurait voulu lâcher un gros MERDE. Pourtant, il ne put le repousser. Du moins l’ordre n’atteignit pas assez rapidement son cerveau que déjà le moldu se reculait pour éviter la riposte et pour la première fois depuis leur rencontre, Fauve baissa les yeux, sentant la chaleur lui monter au visage. Son regard se porta en biais sur les sorciers qui les observaient toujours, et ces derniers se détournèrent, gênés par la tournure des évènements. Il eut encore plus honte. « Merde. » Il posa sa main sur sa bouche, faisant mine de s’essuyer mais se ravisant pour prendre une gorgée de whisky. Il avait l’esprit en feu. Quelques secondes s’écoulèrent avant que ses yeux ne se reportent sur l’inconnu, qui était toujours là, assis. Il ne s’était pas enfui. Il attendait. Ne pouvait-il donc pas se BARRER ? Sans prévenir, Fauve se leva de sa chaise et poussa le blond de la sienne, le renversant au sol. L’action raviva à nouveau l’intérêt des autres clients, mais il s’en moquait. Il n’attendit même pas que le moldu touche violement le plancher que déjà il était sur lui, l’attrapant par la gorge d’une main et lui envoyant une droite de l’autre. « C’est donc ça que tu cherchais depuis le début, espèce de moldu de merde. » Cracha t’il comme du venin. Il adorait utiliser sa baguette, mais il devait avouer que se servir de ses poings n’était pas un plaisir négligeable. Il attrapa la chope de biéreaubeurre et la renversa sur le visage désormais abîmé de sa victime. Il observa l'alcool se mélanger au sang, avant de s’écarter, essayant de reprendre à son tour son calme. Il se sentit coupable dès l’instant suivant, et ses joues étaient toujours d’un pourpre agaçant, mais en même temps l’autre devait bien savoir ce qui allait se passer, non ? « Casse-toi putain, rentre chez ta mère. » Il sortit de sa poche de la monnaie qu’il jeta sur la table, payant ainsi leurs boissons à tous les deux avant de sortir dehors, se sentant tremblant et fiévreux. Il s’alluma fébrilement une cigarette. Ce mec l’avait embrassé. Quel con. Fauve ne s’attendait pas à ça. Il ne l’avait pas permis. Il ne respectait pas les règles du jeu. Quel jeu, celui qu’il lui avait imposé ? C’était juste un con. Il espérait juste que personne ne l'ait reconnu, sinon il allait en entendre parler longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

DATE D'ARRIVEE : 17/06/2018
MESSAGES : 193
PSEUDO : Leïlan
MULTICOMPTES : Lorcan Scamander
AVATAR & CREDITS : Louis Hofmann (by Leïlan)

ÂGE : Vingt-deux ans
ASCENDANCE : non-magique, t'es un moldu bien malgré toi, même si t'as toujours rêvé d'avoir ta lettre pour Poudlard toi aussi.
STATUT CIVIL : Seul, plus ou moins. Tu te perds dans des draps qui ne sont pas les tiens et tu t'enfonces dans un mensonge, une chimère qui apaise ton coeur, l'espace d'un instant. Mais ce n'est qu'un doux rêve.
METIER : Photographe. Aux yeux de tous, tu ne vis que de tes photos mais tu es également anonymement le journaliste et créateur de The Whisperer, un journal clandestin qui oeuvre pour la paix entre le monde magique et le monde moldu.
RÉPERTOIRE RP :
(En cours)
AmeliaIntrigue #1Sorel #2
(terminés) Sorel #1

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Ven 29 Juin - 19:39


Lorsque tu ouvres à nouveau les yeux, tu peux lire la gêne et la honte sur son visage. Et sans vraiment savoir pourquoi, cette réaction te blesse encore que la colère brute qui ne tardera sans doute pas à le rattraper. « Merde. » Ses doigts effleurent sa bouche, comme s’ils voulaient effacer ta trace avant de s’interrompre sans aucune raison apparente. Est-il à ce point écœuré par ton contact ? Cette pensée te donne la nausée et t’aimerais trouver la force de te lever et de t’enfuir, mais t’es comme paralysé. Tu as encore du mal à croire que t’as osé faire ça, dans un lieu public rempli de sorciers qui plus est. S’il ne te détestait pas avant, là c’est certainement le cas. Mais en quoi ce qu’il pense de toi devrait t’affecter ? ça devrait n’avoir aucune important à tes yeux… Pourtant, ce n’est pas vraiment le cas, n’est-ce pas ? Tes joues rougissent peu à peu et lorsqu’il pose enfin ses yeux sur toi, tu sais qu’il ne te laissera pas t’en tirer comme ça. Tétanisé sur ta chaise, tu le vois se lever vivement et l’espace d’un instant, tu appréhende le sort qu’il va te lancer cette fois, sachant pertinemment qu’il sera douloureux. Mais contre toute attente, il ne s’empare pas de sa baguette, préférant pousser violemment ta chaise pour que tu bascules en arrière. Et la chute semble durer une éternité, comme si la scène se déroulait au ralenti. Alors tu as le temps de le voir bondir sur toi avant même que ta tête ne vienne heurter le sol. Une de ses mains s’enroule autour de ta gorge, tandis que la seconde se referme brutalement  contre ton visage. La douleur te coupe presque le souffle et tu étouffes un grognement sous l’impact. « C’est donc ça que tu cherchais depuis le début, espèce de moldu de merde. » Ses mots frappent encore plus fort que son poing, laissant une marque indélébile sur leur passage. Pourtant tu retiens tant bien que mal les larmes qui se pressent contre tes paupières, conscient que ça lui ferait bien trop plaisir de te voir craquer à nouveau. Mais, alors que tu pensais qu’il en avait fini avec toi, il attrape ta chope de bièraubeurre afin d’en verser tout le contenu sur ton visage ensanglanté. La boisson et le sang se mélangent et viennent te piquer les yeux, dévalant chaque courbe jusqu’à se déverser dans tes cheveux, sur tes vêtements, mais aussi dans ta bouche encore entrouverte. Surpris, tu manques presque de t’étouffer et tu tousses jusqu’à ce que l’air parvienne à nouveau à atteindre tes poumons fatigués. « Casse-toi putain, rentre chez ta mère. » Tu ne demandes pas mieux que de rentrer chez toi. Il a gagné, tu renonces à obtenir quoi que ce soit de ce connard. Et alors qu’il paie pour vos consommations avant de sortir du bar, tu en profites pour te redresser péniblement. Tous les regards sont braqués vers toi. Tu devrais sans doute avoir honte, mais la douleur qui t’écrase la cage thoracique n’a rien à voir avec la gêne de t’être fait malmener devant ces inconnus. En réalité, la blessure sur ton visage n’est rien comparée à celle qui te laisse cette sensation de vide au creux du bide. Et cette dernière ne cicatrisera pas aussi facilement, tu le sais.
Prenant soin de remettre ta capuche, tu sors du bar, sans un mot et tu sens les regards te suivre jusqu’à ce que tu aies enfin passé la porte. Une fois dehors, la pluie a laissé place à un air humide dont la brise vient effleurer ta peau meurtrie. Immobile sur le pas de la porte, tu l’aperçois alors, la cigarette coincée entre ses lèvres dont la saveur est encore incrustée sur les tiennes. Tu aimerais pouvoir l’oublier, ne penser qu’aux horreurs qu’elles ont proféré ensuite. Mais ce n’est pas aussi facile. Comment un être aussi séduisant peut se montrer aussi cruel ? Tant pis pour ton appareil photo, tu sais que tu dois te tenir éloigner de lui. Avant qu’il ne détruise tout sur son passage. « Tu as eu ce que tu voulais. J’ai compris, je ne reverrai jamais mon appareil photo. C’est terminé. » A contre cœur, tu abandonnes cet objet auquel tu tiens tant. Ce n’est pas dans tes habitudes de renoncer. Mais tu trouveras un moyen, quel qu’il soit, de financer un nouvel équipement. Après tout, même vendre tes charmes ne serait pas plus dégradant que de te soumettre au bon vouloir de cet inconnu. Enfin presque.
Sans rien ajouter de plus, tu tournes les talons pour t’éloigner dans la rue presque déserte à cette heure-ci.

_________________
A la lisière de nos rêves,
m'éteindre entre tes lèvres   

   
BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t368-brave-enough-enoah
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Ven 29 Juin - 23:04

Tirant frénétiquement sur sa clope, Fauve vit le moldu sortir à son tour du bar. Il était trempé de bière et son nez saignait. Quel dommage, lui qui venait à peine de le sécher… La capuche remise pour masquer sa peau meurtrie, Fauve ne s’attendait pas à le voir encore lui adresser la parole, il fut donc surpris de le voir revenir vers lui. Il n’en avait pas eu assez ? Le sorcier se rendait pourtant bien compte que sa réaction avait été particulièrement excessive. Après tout, il voulait juste récupérer son appareil photo et Fauve l’avait poussé dans ses derniers retranchements. Il y pouvait rien, il avait juste eu envie de le faire fuir le plus loin possible de lui. Parce qu’il avait su à l’instant où le blond lui avait volé ce baiser que lui ne pourrait pas s’échapper, alors autant briser ces sensations tant qu’elles étaient encore dans l’œuf. Cependant, la culpabilité le rongeait à présent et, même s’il n’en montra rien, poser ses yeux sur le jeune homme lui donnait des vertiges. « Tu as eu ce que tu voulais. J’ai compris, je ne reverrai jamais mon appareil photo. C’est terminé. » Entendit-il avant de voir la silhouette du photographe s’éloigner. Fauve ne comprit pas pourquoi, mais il ne parvint pas à ressentir une quelconque satisfaction à la vue de cet inconnu qui partait. C’était pourtant le but de ses manœuvres, depuis le début. Mais il l’avait frappé, il avait perdu le contrôle. Tout ça était de sa faute, il n’aurait pas dût l’embrasser. Il avait voulu jouer, alors ils avaient joué. Sauf que la partie était inégale depuis le début. Le sorcier se mordilla la lèvre inférieure. Il avait rarement été dans un tel état de nervosité, ressassant ce bref contact indésiré sur l’instant mais cependant au plaisir subtil et enivrant. Le blond avait quand même un aplomb d’acier pour avoir osé… Fauve ne fit rien pour le retenir, même si ses lèvres le brûlaient encore.
Il se sentait en colère après lui et il finit par rentrer au manoir, montant directement dans sa chambre pour éviter de croiser Marcus. Il s’y enferma, ne parvenant pas à ralentir les battements de son cœur qui étaient partis en roue libre depuis que le blond l’avait quitté. Et lorsque son regard se posa sur l’appareil photo qui venait de provoquer une telle discorde, Fauve s’en empara et le jeta avec violence contre le mur, réduisant en miettes le précieux instrument. Il jura. Pourquoi ? Il ne se comprenait pas. Il était perdu. Il avait pourtant exactement fait ce qu’il avait envie de faire. Il avait foutu une branlée à un mec qui pouvait même pas se défendre, où était l’honneur ? Pourquoi fallait-il toujours qu’il fasse de la merde ? Non. Ce mec le méritait. « Reparo. » L’appareil photo se reforma sur le sol. Fauve le rangea sur son bureau. Il ne pouvait pas s’en débarrasser. C’était la seule porte ouverte qu’il possédait pour le revoir…



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   

Revenir en haut Aller en bas
 

TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✰ repello wizard :: ❝ autour d'un jus de citrouille :: les dossiers poussiéreux :: version 1-