AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Lun 25 Juin - 14:28


Beyond the veil

© SWIRLY



Les rues de Londres étaient froides et humides. Grises. Mornes. Mais pas vides. Londonniens et touristes se serraient sur les grandes avenues comme dans les petites ruelles. Certains habillés selon les circonstances, d’autres visiblement pris au dépourvus. La pluie tombait. Une averse typiquement anglaise, malgré le mois de juin bien avancé. Le genre de pluie qui pouvait arriver à n’importe quel moment de la journée, mais qui ne suffirait heureusement pas à rafraîchir la température qui atteignait tout de même les 20 degrés. Les nuages avaient néanmoins menacé longuement avant de finalement éclater en fin de journée. Fauve lâcha un soupir de frustration. Il sortait à peine du ministère et avait mal à la tête après avoir passé 4h à trier des documents. Il prit donc le temps de s’allumer une clope tandis qu’il était encore à l’abri sous l’arcade, un peu bousculer par les gens qui entraient et sortaient et malgré leurs regards agacés. Ouai, il était dans le passage, et alors ? Le jeune homme leur rendit un regard blasé. Il aurait pu transplaner. Rentrer directement chez lui, puisqu’il n’avait nulle part ailleurs où aller. Mais il savait que son père serait probablement là, à l’épier, et il avait envie de profiter encore un peu de sa « liberté » avant de retourner se terrer au manoir, où l’ambiance lui donnait parfois l’impression de suffoquer. Marcus était de plus en plus aigri, sans doute à cause de l’âge. Cela devenait presque gênant de l’entendre cracher sa haine à longueur de journée. Partir ? Il n’y songeait même pas, il n’aurait même pas su dire pourquoi. Le sujet n’avait simplement jamais été abordé.
Fauve sortit sa baguette et la pointa vers le haut, faisant apparaître au-dessus de sa tête un parapluie transparent. Il savait qu’il ne devait pas non plus s’éterniser en raison des échanges de plus en plus tendus entre les puristes moldus et sorciers. Même s’il ne pensait pas que les puristes moldus se permettent d’attaquer en pleine rue, du moins pas pour le moment, il ne pouvait s’empêcher d’être méfiant vis-à-vis des personnes qui l’entouraient. De toute façon, les Carrow avaient été tués alors qu’ils étaient chez eux. Plus personne n’était en sécurité nulle part, alors autant s’en foutre. Il décida de marcher tranquillement jusqu’à la rive sud pour aller prendre quelques bièraubeurres dans un des nombreux pubs qui pullulaient dans les quartiers. Un afterwork, en quelques sortes. Mais tout seul. Parce que de toute manière il ne pouvait pas blairer ses collègues de travail, et qu’il n’était pas d’humeur à accepter quelques compagnies que ce soit. Sociable ? Pas vraiment. Son humeur était à l’image du temps. Maussade. Nom de dieu, qu’il détestait cette ville.
Ce n’est que lorsqu’il arrivait enfin dans le quartier sud qu’il eut la sensation d’être suivi. Peut-être n’était-ce qu’une impression, peut-être pas. Le contexte n’aidait pas vraiment à se faire une idée, les rues commençant à grouiller de sorciers. Malgré la pluie, une agréable odeur de fleurs flottait dans l’air. Fauve décida de continuer d’avancer, cherchant des yeux une ruelle un peu moins encombrée qui lui permettrait probablement de mieux déterminer qui le suivait. La situation l’agaçait, et il hésitait à entrer dans un bar pour simplement boire son verre tranquillement. De toute manière, si quelqu’un l’espionnait il n’aurait pas grand-chose à découvrir (si ce n’est que c’était un poivrot), et si cette personne souhaitait engager la discussion, autant le faire avec une chope entre les mains non ? Il perdait du temps inutilement… Cet inconnu avait vraiment intérêt à avoir une bonne raison pour le déranger ainsi dans sa quête de beuverie en solitaire. Il finit par dénicher une petite rue qui semblait donner sur l’arrière d’un restaurant, au vu des nombreuses poubelles qui s’y entassaient. Personne ne viendrait les déranger ici. Il s’alluma alors une nouvelle cigarette, expirant la fumée opaque de ses poumons. « Je sais que tu me suis alors viens qu’on discute. » Lâcha t’il. Le ton était froid et ne souffrait d'aucune contradiction. C'était un ordre clair.


Dernière édition par Fauve Green le Ven 29 Juin - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

DATE D'ARRIVEE : 17/06/2018
MESSAGES : 197
PSEUDO : Leïlan
MULTICOMPTES : Lorcan Scamander
AVATAR & CREDITS : Louis Hofmann (by Leïlan)

ÂGE : Vingt-deux ans
ASCENDANCE : non-magique, t'es un moldu bien malgré toi, même si t'as toujours rêvé d'avoir ta lettre pour Poudlard toi aussi.
STATUT CIVIL : Seul, plus ou moins. Tu te perds dans des draps qui ne sont pas les tiens et tu t'enfonces dans un mensonge, une chimère qui apaise ton coeur, l'espace d'un instant. Mais ce n'est qu'un doux rêve.
METIER : Photographe. Aux yeux de tous, tu ne vis que de tes photos mais tu es également anonymement le journaliste et créateur de The Whisperer, un journal clandestin qui oeuvre pour la paix entre le monde magique et le monde moldu.
RÉPERTOIRE RP :
(En cours)
AmeliaIntrigue #1Sorel #2
(terminés) Sorel #1

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Lun 25 Juin - 19:12


Autour de toi, il y a des milliers d’images, d’instants que tu aimerais immortaliser. Parce que la lumière timide laisse de beaux reflets sur la vitrine de cette vieille boutique et parce que le vent a éparpillé les feuilles derrière le banc du square, et qu’elles s’envolent vers les toits. Mais aujourd’hui, tu as les mains vides, presque trop légères. Toi qui ne délaisse jamais ton fidèle appareil photo, tu te sens presque nu lorsqu’il n’est pas entre tes doigts fébriles. C’est pour ça que tu es sorti et que tu marches au hasard dans le quartier en espérant recroiser l’homme qui te l’a confisqué, comme on punit un enfant trop effronté. Pourtant, il n’a rien d’un vieil homme aigri, au contraire, celui que tu cherches est même très agréable à regarder. Même si dans son regard pâle, tu n’as pu voir qu’une animosité féroce qui aurait dû te dissuader de venir le traquer dans les rues de Londres. Et s’il n’avait pas dérobé ton bien le plus précieux, tu n’aurais sans doute pas pris le risque de chercher sa silhouette à travers la foule. A moins que ça ne te donne une excuse d’assouvir ta curiosité et de revoir cet homme au charme étrange dont le manque de sociabilité avéré n’a fait qu’attiser ton intérêt. Mais quelle que soit la raison qui t’a amené ici, dans le rôle du stalker inexpérimenté, tu ne peux plus reculer à présent, malgré la pluie qui commence peu à peu à s’inviter. Avant d’être totalement trempé, tu remontes ta capuche, conscient que ça ne fera sans doute que retarder l’inévitable. Et peut-être qu’il serait préférable de rentrer avant de tomber malade. Hésitant, tu es sur le point de capituler, quand tu l’aperçois enfin dans la foule, se servant de sa baguette pour se protéger de la pluie. Alors que toi, tu n’as même pas pensé à prendre un parapluie pour éviter de ressembler à un chien mouillé. Pour autant, maintenant que tu l’as enfin retrouvé, il est hors de question que tu rentres chez toi avant d’avoir pu essayer de récupérer ton précieux outil de travail, ou au moins essayer de découvrir où il vit.
Concentré sur ta filature, tu ne te poses aucune question, tu oublies de te méfier, persuadé que ta vigilance sera suffisante pour ne pas te faire repérer. Sûrement parce que tu n’as jamais fait ce genre de choses auparavant. Alors lorsqu’il tourne dans cette petite ruelle, tu ne t’attends pas à ce qu’il t’entraîne dans un piège des plus simples et tu le suis, sans la moindre hésitation, te jetant ainsi dans la gueule du loup. Surpris, tu te figes en le voyant t'attendre. A présent, il est trop tard pour reculer et faire marche arrière. Tu es obligé de l’affronter une nouvelle fois. Même si son regard, à travers la fumée de sa cigarette, semble aussi glacial que lors de votre première rencontre. Est-ce qu’il déteste à ce point être pris en photo ou est-ce qu’il te cache quelque chose ? « Je sais que tu me suis alors viens qu’on discute. » Son ton tranchant fait naître une multitude de frissons au creux de ton dos, mais tu ne laisse rien paraître. La pluie qui imprègne tes vêtements ruisselle sur ton visage, dissimulant tes traits tendus par la crainte. Etre seul face à lui dans une ruelle ne te rassure pas, surtout qu’il n’a pas l’air d’être très heureux de te voir. Mais tu ne peux pas vraiment t’en étonner puisque tu étais en train de le traquer. « Je voulais simplement te demander de me rendre mon appareil photo… » Tu avances lentement dans sa direction, sans le quitter des yeux. Au fond, tu sais que tu ne fais pas le poids. Tu es à sa merci et ta seule défense réside dans tes mots, comme toujours. Une arme qui n’a de puissance que dans ton journal. « J’ai compris le message, je ne te prendrais plus en photo, c’était juste une erreur… » Tu cherches les arguments en totale improvisation, parce que tu n’as pas vraiment pris le temps d’y penser avant de foncer tête baissée à sa rencontre. « … S’il te plait… ? » Tu ne sais rien de lui, alors tu ignores ce qu’il attend de toi exactement, ni même pourquoi il agit de cette façon. Et cette situation te met mal à l’aise, tout comme sa beauté froide, que tu peux mieux admirer maintenant qu’il ne se trouve qu’à quelques pas de toi, te toisant comme si tu n'étais qu'un contretemps fâcheux dans le déroulement de sa journée.

_________________
A la lisière de nos rêves,
m'éteindre entre tes lèvres   

   
BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t368-brave-enough-enoah
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Lun 25 Juin - 23:39

Lorsqu’il aperçut enfin le visage du blond, Fauve se détendit imperceptiblement. C’était donc lui, ce fouineur qui le suivait. C’était loin d’être un danger potentiel, même si quelques jours plus tôt il l’avait surpris en train de rôder vers le quartier général des puristes sorciers, à prendre des photos. Fauve lui avait donc retiré l’appareil, d’abord parce qu’il estimait agir par prudence, puis ensuite par jeu, parce que de toute évidence il s’agissait d’un moldu un peu trop curieux. Une tête brûlée, encore un de ces types émoustillés par la magie qui voulait absolument en découvrir plus sans même se rendre compte qu’il se mettait ainsi en danger. Il ne semblait pas présenter de risques, du moins pas aux yeux de Green. Cela étant dit, l’avoir dans les pattes n’était pas vraiment une réjouissance. S’il était prêt à le prendre en filature juste pour récupérer son appareil photo, ça risquait d’être vraiment chiant.
Il était trempé malgré sa capuche. La pluie gouttait le long de son visage, ajoutant quelques couleurs rosées à sa peau pâle. Il avait l’air d’un chiot apeuré. « Je voulais simplement te demander de me rendre mon appareil photo… » Expliqua-t’il calmement, et Fauve fut surpris de ne pas sentir davantage de gêne dans sa voix. Peut-être la cachait-il simplement bien. Ils s’observèrent en chiens de faïence un instant avant que le jeune homme ne commence à s’avancer prudemment vers lui. Fauve garda le silence, ne le quittant pas davantage des yeux et tirant lentement sur sa cigarette. « J’ai compris le message, je ne te prendrais plus en photo, c’était juste une erreur… » La réplique lui tira un sourire narquois. Ah s’il savait. En réalité, il n’y avait aucune photo de Fauve dans son appareil, il avait juste sortie cette excuse pour lui prendre des mains. Mais il ne l’avait pas cassé, même s’il avait longuement hésité. Il l’avait juste gardé au chaud, sans savoir vraiment quoi en faire. Devait-il lui rendre ? Pourquoi l’avoir gardé si ce n’était pas pour le remettre aux mains de son charmant propriétaire, au juste ? « … S’il te plait… ? » Quelques secondes s’écoulèrent, puis le sorcier se rapprocha à son tour du moldu, contemplant par la même occasion les traits à la fois doux et effrontés de son visage. Il semblait tout droit sorti d’une œuvre de Michel Angelo. C’était presque agaçant. Fauve s’avança jusqu’à ce qu’à la limite. Un pas de plus et le jeune blondinet aurait pu se retrouver sous son parapluie, mais c’était trop prêt au goût de Fauve, et puis après tout il avait une capuche même si celle ci paraissait bien inutile vu l’état dans lequel il était. De toute manière, qu'est ce que ça pouvait bien lui faire qu'il soit trempé ? C'était son problème, pas celui de Fauve.
Ils étaient déjà bien assez proches, et le sorcier termina sa cigarette, jetant son mégot au sol. « Donc si je comprends bien, tu m’as suivi jusqu’ici pour me demander de te rendre ton appareil photo en pensant que je me le trimbalerais sur moi par un temps pareil ? Qu’est ce qui te dit que je l’ai encore, d’ailleurs ? » Lâcha t’il, volontairement moqueur. Cela étant dit, si le moldu ne demandait pas il ne pourrait jamais le récupérer. Soit. Qui ne tente rien n’a rien. Fauve devait bien admettre que c'était un brin audacieux. Ou bien était-il encore plus stupide qu'il n'y paraissait. « Je te le rendrais pas. » Il finit par se reculer, se dirigeant vers la rue plus peuplée qu’ils avaient quittée quelques minutes plus tôt. « En fait j’allais boire un verre, désolé. »
Fauve fit mine de s’éloigner, bien décidé à se prendre sa bièreaubeurre, voir même quelques degrés au dessus. Le gamin pouvait bien venir si ça l’amusait, il s’en foutait. Il n’avait juste pas envie de lui rendre son précieux appareil. De toute manière il ne l’avait pas en cet instant et n’allait pas se taper un aller-retour au manoir juste pour son plaisir, il avait qu’à s’en racheter un au lieu de le faire chier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

DATE D'ARRIVEE : 17/06/2018
MESSAGES : 197
PSEUDO : Leïlan
MULTICOMPTES : Lorcan Scamander
AVATAR & CREDITS : Louis Hofmann (by Leïlan)

ÂGE : Vingt-deux ans
ASCENDANCE : non-magique, t'es un moldu bien malgré toi, même si t'as toujours rêvé d'avoir ta lettre pour Poudlard toi aussi.
STATUT CIVIL : Seul, plus ou moins. Tu te perds dans des draps qui ne sont pas les tiens et tu t'enfonces dans un mensonge, une chimère qui apaise ton coeur, l'espace d'un instant. Mais ce n'est qu'un doux rêve.
METIER : Photographe. Aux yeux de tous, tu ne vis que de tes photos mais tu es également anonymement le journaliste et créateur de The Whisperer, un journal clandestin qui oeuvre pour la paix entre le monde magique et le monde moldu.
RÉPERTOIRE RP :
(En cours)
AmeliaIntrigue #1Sorel #2
(terminés) Sorel #1

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Mar 26 Juin - 19:08


Le temps te semble long alors que tu restes suspendu à ses lèvres. Peut-être parce qu’il te reste un petit espoir qu’il accède à ta demande, ne serait-ce que pour se débarrasser de toi. Mais après tout, s’il t’a dérobé ton appareil photo, ce n’est sûrement pas pour te le rendre aussi facilement. Même si tu aimerais vraiment te tromper. Alors que de son côté, il fait durer le suspens, se rapprochant de toi sans un mot. Un pas de plus et tu aurais pu être à l’abri de la pluie avec lui, mais il s’arrête juste avant. Comme s’il respectait une distance de sécurité. Parce que s’il avait franchi ce pas décisif, vous auriez été beaucoup trop proches. Ton regard ne le quitte pas un seul instant, à l’affût du moindre mouvement de ses lèvres. Et il se décide enfin à parler, après avoir consumé entièrement sa cigarette et jeté le mégot. « Donc si je comprends bien, tu m’as suivi jusqu’ici pour me demander de te rendre ton appareil photo en pensant que je me le trimbalerais sur moi par un temps pareil ? Qu’est ce qui te dit que je l’ai encore, d’ailleurs ? » Ton cœur rate un battement à l’idée qu’il ait pu jeter ton précieux pentax comme s’il s’agissait d’un vulgaire déchet. La plupart de tes économies sont passées dans ce petit bijoux et s’il l’avait vraiment détruit, ça te rendrait malade. A cette idée, tu te mordille la lèvre, le cœur lourd, croisant les doigts pour que ce ne soit qu’un mensonge dans le but de te provoquer. « Je te le rendrais pas. » Mais pourquoi ?! Qu’est-ce que t’as bien pu lui faire à ce type pour qu’il s’en prenne à toi aussi gratuitement ? Tu as beau chercher dans tes souvenirs, tu ne vois vraiment pas ce qui a pu le contrarier à ce point. Ou alors peut-être que ça l’amuse, tout simplement… Quelle que soit la véritable raison, il ne semble pas y accorder beaucoup d’importance puisqu’il s’éloigne déjà, retournant dans la rue passante, comme si de rien était. « En fait j’allais boire un verre, désolé. » S’il croit que tu vas abandonner aussi vite, il se trompe. A peine a-t-il prononcé ces mots que tu t’élances déjà derrière lui afin de le rattraper. «  Attends ! Tu ne peux pas le garder ! J’en ai besoin pour travailler… » Sans réfléchir tu attrapes son poignet, comme pour le retenir. Un geste instinctif que tu ne réalises pas immédiatement, bien trop préoccupé à l’idée de ne jamais revoir ce qui t’appartient à cause de son égoïsme. «  Pourquoi tu veux le garder ? Ce n’est qu’un objet moldu… » Découragé par son entêtement, tu baisses un instant les yeux, apercevant ta main cramponnée à son bras, et tu relâches immédiatement ton étreinte, soudain gêné par ta propre impulsivité. « Je ne partirai pas tant que je ne serais pas certain de le récupérer… » Et comme pour illustrer tes propos, tu te rapproches de lui, prêt à le suivre. Malgré ton apparence de lâche, t’es plutôt du genre coriace et tu n’as pas peur d’endurer sa colère. Parce que t’en as vu d’autres, mais aussi parce que tu n’as pas les moyens de racheter un appareil photo aussi performant. Mais ça bien évidemment, avec son petit air guindé, il ne peut sûrement pas le comprendre. A ses yeux, ce n’est certainement qu’un objet sans importance, qui ne vaut pas grand-chose. Alors que c’est un de tes biens les plus précieux et d’ordinaire, tu ne vas nulle part sans lui. Déterminé à le récupérer, tu plantes ton regard dans le sien, espérant ainsi qu’il ne percevra pas le doute qui ébranle ton cœur.

_________________
A la lisière de nos rêves,
m'éteindre entre tes lèvres   

   
BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t368-brave-enough-enoah
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Mar 26 Juin - 23:52

«  Attends ! Tu ne peux pas le garder ! J’en ai besoin pour travailler… »Le blondinet attrapa son poignet pour le retenir. Fauve sentit ses doigts s’enrouler autour de son bras et s’immobilisa immédiatement. C’est chaud. Étrangement chaud. Est-ce la température normale de son corps ? Pourquoi était-il si chaud ?  Il se retrouva paralysé. Il avait juste envie de lui foutre une droite pour qu’il le lâche. Il n’aurait su dire en cet instant si le toucher était plaisant ou bien désagréable. La dernière personne qui l’avait saisi ainsi était Luce. «  Pourquoi tu veux le garder ? Ce n’est qu’un objet moldu… » Peut-être. Fauve ne sait pas lui-même pourquoi. C’était juste une envie. Leurs yeux descendirent d’un même mouvement vers la main accrochée et le blond la retira brusquement, comme s’il découvrait seulement son geste. Fauve eut soudain l’impression qu’on le libérait d’une force, et il garda le regard rivé sur l’endroit où les doigts de l’inconnu l’avait touché, sentant encore pourtant leurs chaleurs invisibles qui commençaient à se diffuser lentement dans tout son corps, embrasant ses veines. C’était quoi cette réaction à la con ??!? Il déglutit péniblement. « Je ne partirai pas tant que je ne serais pas certain de le récupérer… » Déclara le jeune homme alors qu’il se rapprochait encore du sorcier, bien décider à lui coller aux bask’ comme une putain de merde de chien. Son regard était perçant et vif. Il était vraiment proche. D’un coup, Fauve se sentit étrangement mal à l’aise face à lui. C’était quoi son problème ? Il était comme ça avec tout le monde ?? « Pour qui est-ce que tu te prends ? » Maugréa le sorcier d’une voix où perçait une pointe de colère, alors qu’il attrapait le col du blond pour le repousser loin de lui, sans le moindre ménagement. « Je t’ai dit que je l’avais pas sur moi, pauvre con. » Il baissa sa baguette, laissant la pluie tomber sur ses cheveux et tremper ses vêtements, mais cela n’avait aucune importance. Un sourire narquois étira ses lèvres alors qu’il observait le blond. Maintenant qu’il était là, de toute façon, il pouvait bien s’amuser un peu. C’était juste un mignon petit abruti. Il devait à peine avoir 20 piges. Finalement, il avait de nouveaux plans. Il allait passer sa soirée en s’occupant de ce petit merdeux fouineur chiant et casses couilles. C’était une bonne distraction. Agréable à regarder, qui plus est. Une excellente initiative. « J’irais te le chercher après. Si tu veux vraiment le récupérer, tu n’as qu’à me suivre et venir boire un verre avec moi, sans alcool pour toi bien sur, t'as pas l'air d'avoir l'âge pour ça… enfin si tu y arrives. » Finit-il par balancer, sarcastique, alors qu’une joie intense s’emparait de lui. « Tarantallegra » Les jambes du blondinet se mirent à danser toutes seules sur un rythme effréné qu’elles seules semblaient connaitre. Sans doute d’ailleurs se découvrait-il une souplesse qu’il n’aurait jamais imaginé auparavant. Profitant un instant du spectacle, Fauve finit par se reculer, sachant que le sort ne durait tout au plus que 3 à 5 minutes : « On se retrouve au bar de la Chouette Babilleuse quand tu auras terminé tes conneries. » Tournant les talons, il laissa là le blondinet avant de se rendre au bar mentionné, commandant un verre de whisky pur feu tout en attendant patiemment que son acolyte le rejoigne. Heureusement, à cette heure le bar n’était pas très fréquenté. Mais d’ici une heure ou deux, il ne tarderait pas à être rempli de sorciers et sorcières. Ils avaient le temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

DATE D'ARRIVEE : 17/06/2018
MESSAGES : 197
PSEUDO : Leïlan
MULTICOMPTES : Lorcan Scamander
AVATAR & CREDITS : Louis Hofmann (by Leïlan)

ÂGE : Vingt-deux ans
ASCENDANCE : non-magique, t'es un moldu bien malgré toi, même si t'as toujours rêvé d'avoir ta lettre pour Poudlard toi aussi.
STATUT CIVIL : Seul, plus ou moins. Tu te perds dans des draps qui ne sont pas les tiens et tu t'enfonces dans un mensonge, une chimère qui apaise ton coeur, l'espace d'un instant. Mais ce n'est qu'un doux rêve.
METIER : Photographe. Aux yeux de tous, tu ne vis que de tes photos mais tu es également anonymement le journaliste et créateur de The Whisperer, un journal clandestin qui oeuvre pour la paix entre le monde magique et le monde moldu.
RÉPERTOIRE RP :
(En cours)
AmeliaIntrigue #1Sorel #2
(terminés) Sorel #1

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Mer 27 Juin - 18:32


C’est comme un orage qui gronde au loin avant de montrer sa puissance. Tu sens qu’il est sur le point d’exploser mais il est trop tard pour regretter tes paroles, pour changer de stratégie. Alors tu te prépares à subir ses foudres. « Pour qui est-ce que tu te prends ? » La colère qui émane de lui te met presque mal à l’aise, mais ce n’est que lorsqu’il te saisit par le col, afin de te repousser au loin, que tu sens la peur se nicher au creux de ton estomac. Tu sais qu’il a le pouvoir de te détruire et toi, tu n’as même pas une arme pour te défendre. Parce que tu ne sais que trop bien les ravages qu’elles peuvent causer et tu ne parviens plus à en tenir une entre tes mains sans y voir le sang de Teagan. « Je t’ai dit que je l’avais pas sur moi, pauvre con. » Certes mais ça ne l’empêche pas de te promettre de te le rendre et de vous retrouver demain à la même heure, au même endroit. Au fond, c’est tout ce que tu désires. Mais il ne semble pas disposé à se montrer courtois avec toi. Bien au contraire, il commence justement à baisser sa baguette, se privant ainsi de la protection qu’elle lui offrait contre la pluie. Tout ça pour te menacer d’utiliser sa magie contre toi. Et c’est plutôt efficace, puisque tu recules instinctivement. « J’irais te le chercher après. Si tu veux vraiment le récupérer, tu n’as qu’à me suivre et venir boire un verre avec moi, sans alcool pour toi bien sur, t'as pas l'air d'avoir l'âge pour ça… enfin si tu y arrives. » Méfiant, tu fronces les sourcils. Son marché ressemble plus à un piège, à un défi, qu’à une invitation. Mais tu sais que tu n’es pas en mesure de refuser, même s’il en a profité pour se moquer de toi, te considérant encore comme un ado. Ce que tu n’es plus depuis quelques années déjà. Mais c’est son attitude qui t’inquiète le plus. Au-delà des mots qu’il prononce, tu sens qu’il prépare un mauvais coup. Et il finit par te donner raison, en te lançant un sort des plus humiliants. « Tarantallegra » Tes jambes échappent soudain à ton contrôle pour se lancer dans une danse folle. Jamais tu ne te serais cru capable d’effectuer ce genre de pas de danse à une vitesse presque surhumaine qui met tes muscles à rude épreuve. Sans parler de ta souplesse qui est mise à mal par ces mouvements osés et incontrôlables. Mais au-delà de la douleur, c’est la honte qui comprime ta cage thoracique. Si bien que tu n’oses même plus regarder le sorcier. Pourtant, tu l’imagines sans peine en train de se délecter du spectacle, jubilant de te voir si ridicule. « On se retrouve au bar de la Chouette Babilleuse quand tu auras terminé tes conneries. » Et sur ces mots, il t’abandonne à ton triste sort, tandis que tu t’épuises dans une danse effrénée. Ces quelques minutes perdues à gesticuler comme un possédé te paraissent aussi longues que des heures. Mais lorsque ça s’arrête enfin, malgré la fatigue et la gêne qui te donnent la nausée, tu n’as qu’une idée en tête : relever le défi qu’il t’a lancé.
Tu n’es jamais allé à la Chouette Babilleuse auparavant, bien que tu aies eu l’occasion d’entrer dans d’autres bars sorciers. Mais tu sais exactement où aller, puisqu’il n’y a rien qui te passionne plus que de faire des recherches sur les lieux magiques dispersés à travers la ville. Et cet engouement est très utile pour nourrir le contenu de ton journal. Étrangement motivé, il ne te faut que quelques minutes pour rejoindre le bar et lorsque tu entres enfin, tu l’aperçois en train de siroter un whisky, comme si de rien était, sans le moindre remord. Evidemment, tu n'es pas réellement surpris. Ce mec est sûrement un connard qui ne te voit que comme un nouveau jeu pour tromper son ennui. Et le pire dans tout ça, c’est que tu lui donnes de la matière en toute connaissance de cause. Ainsi après avoir commandé la même chose que lui, tu le rejoins, te laissant tomber sur la banquette pour soulager tes muscles endoloris. « Pour info, j’ai vingt-deux ans, j’ai largement l’âge pour boire de l’alcool. » Et comme pour prouver tes dires, tu prends une gorgée du whisky pur feu que tu as entre les mains. Le breuvage te brûle agréablement la gorge et tu frissonnes, malgré la chaleur, à cause de tes vêtements mouillés. « Je sais que tu t’attends à me voir abandonner parce que tu ne me feras aucun cadeau. Mais t’es pas le premier à essayer, je n’ai rien de plus à perdre. » Ce n’est pas totalement vrai, mais ce n’est pas non plus si loin de la vérité. Ton travail est à peu de chose près la seule chose qui te permet d’avancer encore sans t’écrouler sous le poids des maux, de la culpabilité. « Je resterai jusqu’à ce que tu en aies marre de jouer avec moi… » Et tu as conscience que ça peut durer longtemps, alors tu retires ta veste gorgée de pluie avant d’ébouriffer tes cheveux dans l’espoir de les sécher un peu.
A présent, tu sais que tu entames un combat d’usure et tu refuses d’être le premier à craquer.

_________________
A la lisière de nos rêves,
m'éteindre entre tes lèvres   

   
BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t368-brave-enough-enoah
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Jeu 28 Juin - 0:28

Fauve commençait tout juste à boire son verre lorsqu’il aperçut la tignasse blonde franchir la porte du bar. Il ne s’attendait pas à le voir insister davantage après ce qu’il venait de se passer, mais de toute évidence le gamin avait plus de ressources que ce à quoi il s’attendait. Ce n’était pas pour lui déplaire, après tout cela n’en rendrait la partie que plus plaisante. Le bel inconnu finit par se laisser tomber sur la banquette à côté de lui, vider de ses forces, tandis qu’un verre se posait délicatement sur la table. A la couleur du liquide ambrée qui remplissait ce dernier, Fauve comprit qu’il avait commandé la même chose que lui. « Pour info, j’ai vingt-deux ans, j’ai largement l’âge pour boire de l’alcool. » Quelle surprise. Il paraissait pourtant bien plus jeune même si Fauve savait bien qu’il était majeur, malgré le fait qu’il l’ait taquiné quelques instants plus tôt sur son âge. Il l’observa prendre une gorgée du whisky, réprimer un frisson. « Je sais que tu t’attends à me voir abandonner parce que tu ne me feras aucun cadeau. Mais t’es pas le premier à essayer, je n’ai rien de plus à perdre. » Tout ça pour un appareil photo ? Y’avait des clichés de lui à poils dessus où quoi ? Si c’était le cas, ce n’était pas perdu pour tout le monde… « Je resterai jusqu’à ce que tu en aies marre de jouer avec moi… » Termina t’il alors qu’il passait ses doigts dans ses cheveux, et à la vue de ce geste, Fauve sentit à nouveau la brûlure terrible de ces derniers autour de son poignet. Il reprit une gorgée de whisky, tentant de faire ainsi passer la fugace sensation, appréciant un instant le visage trempé de son interlocuteur dont il ignorait encore tout, même le prénom. Mais il n’avait pas envie de le demander, de même qu’il n’avait pas plus envie de donner le sien. Avoir l’occasion de discuter avec quelqu’un qui ne le connaissait pas avait quelque chose de plaisant, même s’il s’agissait d’un simple moldu. « Comme tu veux. » Par réflexe, il lança à lui-même et au blond un sort d’imperméabilité afin de sécher leurs vêtements respectifs. Oui, comme il pouvait s’en douter, il était bien plus mignon lorsqu’il ne ressemblait pas à une serpillière. Certes, il ressemblait toujours à un chiot perdu, mais ça Fauve ne pouvait pas y faire grand-chose. « C’est mieux ainsi non ? » Marmonna-t-il. Le jeune homme n’avait plus rien à perdre ? S’il le souhaitait, le sorcier pouvait lui prouver le contraire… mais il préférait rester gentil pour le moment, après tout il ne faisait que s’amuser. Il vit le blond porter le verre de whisky à ses lèvres tentatrices. Avec un sourire, Fauve transforma le verre en animal. Ou tout du moins se contenta-t-il de le transformer en une vulgaire coupe poilue difforme. Typiquement pas le genre d’objet qu’un moldu aurait voulu porter à sa bouche pour « boire » dedans. Lui-même aurait surement recraché sa boisson à la vue de son contenant. Il n’avait jamais été doué en métamorphose, à part pour se changer en clébard pleins de puces, mais ça c'était une autre affaire. Finalement son manque de dextérité avait des avantages. « Et donc du coup tu es photographe ? » L’interrogea t’il distraitement. C’était un job ça ou une passion ?  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

DATE D'ARRIVEE : 17/06/2018
MESSAGES : 197
PSEUDO : Leïlan
MULTICOMPTES : Lorcan Scamander
AVATAR & CREDITS : Louis Hofmann (by Leïlan)

ÂGE : Vingt-deux ans
ASCENDANCE : non-magique, t'es un moldu bien malgré toi, même si t'as toujours rêvé d'avoir ta lettre pour Poudlard toi aussi.
STATUT CIVIL : Seul, plus ou moins. Tu te perds dans des draps qui ne sont pas les tiens et tu t'enfonces dans un mensonge, une chimère qui apaise ton coeur, l'espace d'un instant. Mais ce n'est qu'un doux rêve.
METIER : Photographe. Aux yeux de tous, tu ne vis que de tes photos mais tu es également anonymement le journaliste et créateur de The Whisperer, un journal clandestin qui oeuvre pour la paix entre le monde magique et le monde moldu.
RÉPERTOIRE RP :
(En cours)
AmeliaIntrigue #1Sorel #2
(terminés) Sorel #1

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Jeu 28 Juin - 18:40


Au fond, tu ne sais rien de lui et pourtant, t’es assis à sa table et tu lui parles comme si ce petit jeu était tout à fait normal entre vous. Mais tu ne sais pas vraiment pourquoi vous en êtes arrivés là. Tout ce que tu sais, c’est que tu ne veux pas perdre face à lui, tu veux t’accrocher juste pour avoir le droit de récupérer ce qui est à toi. Et vu comme ça, c’est plutôt ridicule comme situation… « Comme tu veux. » Tu ne sais pas comment le prendre. Est-ce qu’il va à nouveau lancer les hostilités ou accepte-t-il ta présence ? Perplexe, tu l’observes alors qu’il murmure un nouveau sort, mais cette fois, il n’y a aucune répercussion négative pour toi. Au contraire, tu sèches instantanément, comme si tu n’avais jamais été mouillé. C’est agréable d’être débarrassé de cette eau qui pesait sur tes vêtements, mais aussi de l’inconfort lié à l’humidité. « C’est mieux ainsi non ? » Ton regard accroche le sien et sans savoir pourquoi, tu te sens gêné. Pourtant, il t’a séché sans même avoir à te toucher. Mais il y a quelque chose dans ses yeux qui semblent te détailler, comme s’il cherchait à te percer à jour. Ou peut-être que c’est simplement le trouble qu’il fait naître en toi. Tu ne sais pas trop, mais tu te décides quand même à esquisser un petit sourire avant d’acquiescer. « Oui, merci. » ça t’écorche un peu la bouche de le remercier après le comportement qu’il a eu à ton égard jusque-là, mais t’es quand même un mec poli. Enfin, la plupart du temps. Quelque peu perturbé, tu portes à nouveau ton verre à tes lèvres pour te donner une contenance. Mais tu ne t’attendais pas à sentir ce contact velu contre ta bouche et sous la surprise, tu échappes ton verre avant de reculer vivement. Dégoûté, tu toises l'objet que tu tenais une seconde auparavant et qui ressemble à présent à un horrible croisement entre une coupe et un animal. Une sorte d’expérience ratée qui aurait mal tournée. Pris de cours par cette mauvaise blague, tu en perds tes mots. « Et donc du coup tu es photographe ? » Dérouté par ce brusque changement de conversation, tu le dévisages, les sourcils froncés. Est-ce qu’il cherche à nouveau à se moquer de toi et de ta vie trop ordinaire pour lui ? « Oui… Du moins, quand je possède un appareil photo… » Ce qui n’est pas le cas pour le moment, alors tu ne peux pas vraiment faire ton travail correctement. Heureusement pour toi, tu as un autre job dont tu ne peux pas parler avec lui, ni avec personne d’autre d’ailleurs. Du moins, pas pour le moment. « Pourquoi est-ce que tu fais ça ? Pourquoi tu t’acharnes sur moi de cette façon en me forçant à danser ou à boire dans un verre à moitié vivant… ? » T’aimerais juste savoir ce que t’as bien pu lui faire à ce mec. A moins que ce ne soit tout simplement son truc de s’en prendre à tout le monde. Est-ce qu’il déteste les êtres non-magiques ? T’aimerais en savoir plus sur lui, chercher à voir à travers cette façade d’indifférence. Mais tu sais qu’il ne te laissera pas faire et contre toute attente, ça n’en devient que plus intéressant. « En tout cas apparemment ton job, ce n’est pas de transformer les objets, je me trompe ? » Tu as beau ne pas avoir de pouvoirs, tu as vu des métamorphoses bien plus réussies que celle-ci. Même en admettant qu’il l’ait fait exprès, t’es presque sûr que ce n’est pas sa spécialité et qu’il excelle dans tout autre chose. Il a forcément un autre don que celui de te pourrir la vie. Peut-être qu’il se sert de sa belle gueule pour autre chose que pour troubler les mecs un peu perdus dans ton genre. Parce que t’as beau t’énerver autant que tu veux, t’es encore assis en face de lui à subir son petit jeu et le pire, c’est que tu ne peux pas t’empêcher d’apprécier la vue.  

_________________
A la lisière de nos rêves,
m'éteindre entre tes lèvres   

   
BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t368-brave-enough-enoah
Invité
avatar
Invité

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Ven 29 Juin - 0:00

Fauve se délecta de sa réaction. Son visage aux traits dégoutés ne quittait pas la coupe des yeux, jusqu’à ce qu’il les plante dans ceux du sorciers. Il avait l’air crispé. « Oui… Du moins, quand je possède un appareil photo […] Pourquoi est-ce que tu fais ça ? Pourquoi tu t’acharnes sur moi de cette façon en me forçant à danser ou à boire dans un verre à moitié vivant… ?  » La question tira à Fauve un nouveau sourire moqueur. « C’est toi qui le veut, rien ne t’oblige à rester… » Même s’il devait bien avouer que maintenant qu’ils étaient là, Fauve n’avait pas spécialement envie qu’il s’en aille. Il prenait simplement un malin plaisir à le faire chier, parce que c’était drôle. Parce qu’il n’était pas en mesure de contre attaquer, de toute manière, et que s’en prendre à lui de façon aussi gratuite était assez plaisant, même si la partie manquait clairement de challenge. S’il avait été un sorcier lui aussi, cela ne se serait assurément pas passé ainsi… Mais peut-être que s’il avait été un sorcier, Fauve ne lui aurait tout simplement pas adressé la parole et l’aurait signalé comme un individu suspect à Edric ou un autre de ses supérieurs puristes. Il était justement intéressant parce qu’il était différent, n’est ce pas ? « En tout cas apparemment ton job, ce n’est pas de transformer les objets, je me trompe ? » Oh, était-ce un sarcasme ? Fauve ne savait pas trop comment le prendre, même si le moldu mettait le doigt dans le mile. Cela signifiait qu’il fréquentait d’autres sorciers, puisqu’il avait une échelle de comparaison. La déduction faite, le sorcier se sentit encore davantage intrigué. Il savait que parmi les membres de l’Alliance se trouvaient quelques moldus pommés qui pensaient probablement être d’une quelconque utilité alors qu’en fait, ils représentaient juste le quotas moldus. Comme dans les films. Il fallait un quota noir, un quota chinois. Un quota moldu quoi. Et comme à chaque fois avec ce genre de casting, tout le monde savait qui mourrait en premier… Mais peut-être faisait-il partie des puristes moldus… si ça avait été le cas, il aurait eu plus d’équipements sur lui et ne se serait pas laissé ainsi maltraiter. Les puristes moldus avaient tous un point en commun : une fierté surdimensionnée. Ce n’était pas le cas du jeune homme qui lui faisait actuellement face. Vu le comportement qu’il avait adopté ces dernières minutes, son égo devait être proche du 0 absolu. Ou alors était-ce simplement un mec qui essayait de faire sa vie tranquillement et qui s’était retrouvé sur le chemin de Fauve, pour son plus grand malheur. Allez savoir.
« Tu as raison, ce n’est pas mon travail. » Répondit-il sur le même ton. « Et d’ailleurs je ne suis pas non plus babysitter tu vois. » Il termina son verre de whisky d’un trait et en commanda aussitôt un autre. Certes, il avait simplement fait cette remarque pour insister sur la jeunesse de son interlocuteur, mais avouez qu’imaginer Fauve en babysitter n’était pas non plus le truc le plus fou du monde. Il aurait déjà fallu qu’il aime les gosses pour ça, et la seule gamine qu’il arrivait à blairer c’était Elsie, la fille d’une puriste moldue. La situation pas facile non plus. Il se voyait mal aller voir Andrea et lui dire : hey coucou au fait je suis un sorcier et j’adore jouer avec ta fille, mais quand je suis sous la forme d’un chien parce que je sais que si je l’approche sous forme humaine tu vas vouloir me zigouiller, aller salut bisous.
Non. Oubliez ça. Ça faisait même pédophile, quand il y réfléchissait bien. Peut-être fallait-il qu’il arrête de réfléchir.
« C’est toi qui me soules avec ton appareil photo à la con, mais je dois avouer que te faire chier c’est vraiment amusant. » Et apparemment, l’inconnu était déterminé à le récupérer, son fameux appareil. Fauve ne savait plus vraiment quoi faire, même s’il avait encore quelques sortilèges en réserve, il se doutait que le blondinet les supporterait tous sans broncher. Il fallait qu’il trouve une autre solution. Une idée germa alors dans son esprit. « Je m’ennuies, du coup. Distrais-moi. » Ordonna t’il. Il s’humecta les lèvres, observant malicieusement le jeune moldu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

DATE D'ARRIVEE : 17/06/2018
MESSAGES : 197
PSEUDO : Leïlan
MULTICOMPTES : Lorcan Scamander
AVATAR & CREDITS : Louis Hofmann (by Leïlan)

ÂGE : Vingt-deux ans
ASCENDANCE : non-magique, t'es un moldu bien malgré toi, même si t'as toujours rêvé d'avoir ta lettre pour Poudlard toi aussi.
STATUT CIVIL : Seul, plus ou moins. Tu te perds dans des draps qui ne sont pas les tiens et tu t'enfonces dans un mensonge, une chimère qui apaise ton coeur, l'espace d'un instant. Mais ce n'est qu'un doux rêve.
METIER : Photographe. Aux yeux de tous, tu ne vis que de tes photos mais tu es également anonymement le journaliste et créateur de The Whisperer, un journal clandestin qui oeuvre pour la paix entre le monde magique et le monde moldu.
RÉPERTOIRE RP :
(En cours)
AmeliaIntrigue #1Sorel #2
(terminés) Sorel #1

repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   Ven 29 Juin - 5:24


Malheureusement, il a raison, tu n’es là que parce que tu le veux bien et parce que tu ne peux pas racheter l’appareil photo qu’il t’a volé. Mais ça, il a du mal à le comprendre, sûrement parce qu’il possède bien plus d’argent qu’il n’en faut pour vivre convenablement. Bien que tu ne saches toujours pas s’il fait réellement parti d’une famille aisée, ni même quel est son travail. « Tu as raison, ce n’est pas mon travail. » Au moins maintenant, tu es sûr que la métamorphose ne fait pas partie de ses attributions. Peu à peu tu pourras peut-être lever le voile du mystère qui l’entoure. « Et d’ailleurs je ne suis pas non plus babysitter tu vois. » Encore une blague douteuse sur ton âge, à croire qu’il est beaucoup plus vieux que toi, ce dont tu doutes puisque tu ne lui donnes même pas la trentaine. Mais ça a l’air de lui faire plaisir de croire le contraire alors tu ne relèves pas, bien qu’un soupir s’échappe de tes lèvres. Dépité, tu profites qu’il ait finit son verre et qu’il en commande un autre afin de demander une bièraubeurre cette fois, dans le but d’étancher ta soif. Peut-être qu’en changeant de breuvage, il ne ressentira pas le besoin irrépressible de transformer ton verre. « C’est toi qui me soules avec ton appareil photo à la con, mais je dois avouer que te faire chier c’est vraiment amusant. » Contrarié par ses paroles, tu serres le poing. Bien sûr, tu savais déjà qu’il jouait avec toi et qu’il profitait de la situation pour te malmener juste pour le plaisir. Mais l’entendre le dire sur ce ton-là, ça te rend malade. Tu n’es qu’un pion, un jouet dont il se lassera vite et cette idée te blesse bien plus que tu ne l’aurais imaginé. Ce n’est pas qu’une question de fierté, il y a autre chose. Une raison que tu préfères ignorer, pour ton propre bien. « Je m’ennuies, du coup. Distrais-moi. » Son ton est sans appel, il s’agit d’un ordre. Comme si tu n’étais qu’un esclave et que ta seule raison d’exister était de le distraire. Mais pour qui il se prend ?! Pourtant, tu ignores ce qui t’excède le plus : le fait qu’il se permette de traiter comme un subalterne ou le regard qu’il te lance en s’humectant les lèvres, comme si tu n’était qu’une morceau de viande. Poussé à bout, tu exploses, sans même réfléchir aux conséquences de tes actes. « Mon appareil photo à la con comme tu dis, il m’a coûté toutes mes économies et je ne peux pas en racheter un autre. Sinon je ne serais pas là, à supporter que tu te foutes de ma gueule, juste parce que ta vie est trop insipide pour te divertir ! » Le souffle court, tu essaies de te calmer. Parce que tu sais que ce n’est pas en agissant comme ça que tu vas le convaincre de te rendre ton bien. En admettant qu’il en ait vraiment l’intention, ce dont tu doutes de plus en plus. « Tu ne comptes pas vraiment me le rendre, n’est-ce pas ? Tu veux juste voir jusqu’où je peux aller… » Tu sais que t’es allé beaucoup trop loin, mais tu n’as plus le choix maintenant, tu ne peux plus revenir en arrière. Et tu refuses de t’excuser. Alors tu prends ton courage à deux mains et, avisant ta chope de bièraubeurre, tu en bois quelques gorgées avant de continuer sur ta lancée. « Tu veux de la distraction ? » Un sourire provocateur accroché aux lèvres, t’as sûrement perdu la tête, mais tant pis, c’est à ton tour de lui donner une bonne leçon. Pourtant, malgré tout, t’en mènes pas large et jusqu’à la dernière seconde, t’hésites à renoncer. La peur au ventre, tu l’attrapes par le col et tu l’attires vers toi afin de capturer ses lèvres. Troublé par ce contact, ça n’a plus rien d’un défi ou même d’une mauvaise blague. Au contraire, une étrange chaleur se répand doucement dans tes veines, et  t’as envie d’en goûter plus, d’approfondir ce baiser. Mais la crainte des représailles te prend aux tripes et tu recules instinctivement, comme pour essayer de lui échapper. Inquiet, tu gardes les yeux fermés pendant quelques secondes supplémentaires, dans l’attente d’une punition de sa part, quelle qu’elle soit. 

_________________
A la lisière de nos rêves,
m'éteindre entre tes lèvres   

   
BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedarkesttimes.forumactif.org/t368-brave-enough-enoah
Contenu sponsorisé


repello wizard

MessageSujet: Re: TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)   

Revenir en haut Aller en bas
 

TERMINE - Beyond the veil (ft Enoah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✰ repello wizard :: ❝ autour d'un jus de citrouille :: les dossiers poussiéreux :: version 1-